La quarantaine amène son lot de changements chez la femme.

Bientôt quadragénaire

CHRONIQUE / Ma cousine a eu 40 ans à Noël et elle m'a bien prévenue, l'oeil coquin: «tu vas voir que ce n'est pas drôle...» ! Oh my God, ai-je alors pensé! À quasi minuit moins dix de cette date fatidique, vous comprendrez que j'ai d'abord eu peur.
Que se passera-t-il de si terrible ce 26 août 2021? Perdre tout mon collagène naturel? Sentir mes seins sur mes genoux en position assise? Me faire vouvoyer 99% du temps? Voir tous les hommes de 35 ans et moins comme étant de mignons petits frères? Avoir 40 ans, est-ce le drame d'une vie?
Ma soeur Maryse a pourtant bien battu le chemin des quadragénaires. Ma belle-soeur Audrey m'a semblé tenir bon. Mon amie Michèle en a profité pour se marier, à quand le bébé? Alors que peut-il m'arriver? Comme quoi une femme avisée en vaut deux, aussi bien y voir.
Petits et grands changements
En fait, voilà le sous-titre de ce document offert à l'usage de la femme de 40 ans et plus recueilli sur le comptoir de ma pharmacie préférée. C'est pour tout dire!
À 40 ans tapant, ou presque, semble-t-il que le métabolisme se met en mode «tortue», favorisant ainsi la prise de poids. Accompagnez le tout de changements hormonaux (comme dans périménopause), il y a fort à parier que la silhouette prenne en largeur plutôt qu'en hauteur, et ce, principalement au niveau des poignées d'amour! Certaines études avancent même l'oscillation de l'aiguille de la balance vers un cinq à neuf livres supplémentaires. De quoi motiver l'activité physique et les saines habitudes de vie au détriment des régimes miracles maudits!
Gravité oblige, tout descend vers le noyau de la Terre, rides du lion, pattes d'oies, vallée des larmes, en voilà toute une adaptation. Idem pour les cheveux grisonnants, rêches, disparates, les ongles cassants et les taches brunes se logeant ici et là. Un physique tout autre, possiblement. Coiffeuses, esthéticiennes, produits de toutes sortes et chirurgies font partie des options. C'est selon!
Le deuil de la maternité. Vous me rappellerez certainement que notre Céline nationale a accouché à 42 ans des petits jumeaux! Eh bien, sachez que la star est encore un oiseau rare. La fertilité déclinant de beaucoup avec l'âge, le fait de devoir mener une grossesse souvent à risque, de vivre davantage de possibilités de malformations chromosomiques, d'avoir moins d'énergie, d'accoucher plus difficilement et j'en passe en poussent plus d'une à fermer définitivement la «shop».
Et sous la couette? On m'a signifié que les femmes vieillissantes seraient supposément plus cochonnes. Pourquoi pas! C'est autour de cet âge que les enfants sont plus vieux (sauf pour les Céline), les préférences sexuelles sont établies, que la gêne est congédiée, que l'affirmation est une entité, que chéri d'amour est probablement trouvé, alors dites-moi de quoi la quadragénaire peut-elle se voir préoccupée sexuellement parlant?
De vieillir, certainement! À moins de s'y voir prête, affranchie et suffisamment confiante pour passer outre le fait de ne plus ressembler à la poulette en frontispice de son magazine favori. Laide pour autant? Jamais dans 100 ans!
La seule justice qu'il y ait bien dans ce bas monde est bien celle de TOUTES vieillir, m'a expliqué un jour cette vieille patiente qui respirait la fierté de ces quatre-vingt quelques bougies. En voilà une belle certitude! Avoir 40 ans, c'est possiblement de traverser une autre étape de la vie. À vous mesdames de choisir comment la vivre. Vivre les quadragénaires!