Le candidat conservateur Rémy Leclerc, le président de Meubles Gilles Émond, François Émond, et le député de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, ont dénoncé la réforme fiscale envisagée par le gouvernement libéral, qui affectera les PME.

Attaque contre le nouveau régime fiscal

Le député de Louis-Saint-Laurent Gérard Deltell et le candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean Rémy Leclerc critiquent le projet de réforme fiscale du gouvernement fédéral proposé en juillet, une « attaque viscérale » envers les petites et moyennes entreprises à leur avis.
Les politiciens ont partagé leur point de vue en conférence de presse jeudi matin à Alma, sous le thème « Sauvons les entreprises de chez nous », pour dénoncer les hausses d'impôt « énormes » envisagées. Ils ont visité le commerce Meubles Gilles Émond, qui emploie 26 personnes et qui appréhende la refonte de la fiscalité des PME.
« Je suis toujours à l'affût des bonnes idées, qu'elles soient rouges, bleues ou vertes, précise d'entrée de jeu le président François Émond. Être entrepreneur, c'est un combat 24 heures par jour. Les changements fiscaux nous enlèveraient des avantages, de l'argent utilisé normalement pour réinvestir dans la compagnie. C'est un projet très inquiétant. »
Le député Gérard Deltell voit cette campagne en vue de l'élection partielle, qui se tiendra le 23 octobre, comme une occasion de lancer un message clair au gouvernement libéral. « Le gouvernement erre complètement sur la question de la légalisation de la marijuana et de la hausse d'impôts des PME. Ça démontre un aveuglement, une arrogance et un mépris pour les entreprises locales. C'est inacceptable », affirme-t-il.
Le candidat Rémy Leclerc ajoute que ce ne sont pas les multinationales qui sont visées ici, mais bien les PME. « Le gouvernement va les étouffer », soutient-il.