Athlètes ou employés : un casse-tête

CHRONIQUE / Depuis plusieurs années, il y a un recours collectif contre les équipes de la Ligue canadienne de hockey. Recours qui provient surtout de l'Ontario et de l'Ouest. Derrière ce recours collectif se trouve un syndicat qui aimerait syndiquer les joueurs des équipes de la LCH. On voudrait qu'ils soient payés au salaire minimum.
Ce dossier traîne devant les tribunaux depuis de nombreuses années. Au moins quatre ou cinq ans. Je peux vous dire que la Ligue canadienne de hockey a dépensé beaucoup d'argent pour faire valoir ses droits.
Ce qui est complexe dans ce dossier, c'est qu'il y a des normes de travail ou des lois tout à fait différentes d'une province à l'autre. En plus, quelques équipes évoluent aux États-Unis. Encore là, les lois sont différentes. C'est tout un casse-tête et plusieurs avocats sont impliqués dans ce dossier.
Déjà trois provinces se sont prononcées. Elles ont établi que les joueurs qui évoluent dans la LCH peuvent être considérés comme des athlètes étudiants et non comme des employés qui travaillent pour une compagnie. Ces provinces sont la Saskatchewan, la Colombie-Britannique et l'Île-du-Prince-Édouard. La ministre du Travail, Mme Dominique Vien, a déclaré qu'elle est très favorable à l'idée d'accorder le même statut aux joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Le Québec devrait voter une loi sur le sujet très bientôt. On me dit que ça devrait se faire dans les prochains mois.
Actuellement se déroule un procès dans l'Ouest canadien. Un juge a demandé à toutes les équipes de l'Ouest et de l'Ontario de lui faire parvenir leur bilan financier des quatre dernières années. Cela a été fait dans les derniers mois. Le rapport est très clair, un tiers des équipes perd de l'argent, un tiers arrive à peu près à boucler le budget et un dernier tiers fait un peu d'argent, à l'exception de deux ou trois qui en font énormément. Le chiffre d'affaires de l'ensemble de la LCH est de 180 M $. Toujours dans ce rapport, il a été établi que si les équipes avaient à payer leurs joueurs au salaire minimum, les pertes seraient en moyenne de 212 000 $ par équipe.
Actuellement, les joueurs reçoivent chaque semaine un montant variant de 35 $ à 50 $ comme bourses d'études. En plus, l'équipe s'engage à payer leurs pensions et le coût de leurs études au collégial ou au secondaire. Chaque joueur qui possède une voiture reçoit un montant pour son essence. Il y a des sessions d'entraînement pendant la saison estivale et c'est payé également par les équipes de la LCH. En plus, les joueurs qui ont évolué pendant au moins deux ans dans le circuit peuvent recevoir des bourses d'études. L'an passé, la LHJMQ a versé 700 000 $ en bourses d'études.
J'ai hâte de voir comment va se terminer cette saga. Si un jour on détermine que les joueurs doivent être payés selon le salaire minimum, j'ai l'impression que ce sera la mort de plusieurs équipes de la LCH. Une autre question que je me pose touche le travail de directeur général et d'entraîneur. Il est déjà très difficile d'occuper ces postes dans la LHJMQ. S'il faut leur ajouter la gestion du nombre d'heures « travaillées » par les joueurs, ça deviendra encore plus compliqué. Et qu'arrivera-t-il aux joueurs si ça passe ? Est-ce qu'ils recevront des bourses d'études ? Est-ce que leur pension sera payée ? Est-ce qu'ils devront payer pour les services offerts par les équipes ? C'est un dossier à suivre et la conclusion n'est pas proche. On ne connaîtra le résultat que dans les prochaines années.
En bref
Tous les observateurs prétendent que le prochain repêchage de la LHJMQ sera exceptionnel. Pour la première fois en 41 ans d'histoire, les six premiers marqueurs de la Ligue de hockey midget AAA sont âgés de 15 ans. Il y aura beaucoup d'action à Saint John, en juin prochain...
Yanick Jean déclarait dans la dernière édition du Progrès-Dimanche qu'il surveille très peu le classement général de la LHJMQ. Permettez-moi d'en douter. Les joueurs de 17 ans n'ont pas vu beaucoup d'action dans les dernières rencontres. La présente semaine sera déterminante avec deux visites importantes, celle de Blainville-Boisbriand, mercredi, et celle de Saint John, samedi. Après ces deux parties, nous aurons une bonne idée où pourront terminer les Saguenéens...
Une petite statistique en terminant. Avec German Rubtsov dans l'alignement, les Sags ont un dossier de huit victoires, une seule défaite et un revers en prolongation...