Michelle Gendron participe à sa 40e finale des Jeux du Québec.

Après 40 finales, dernier tour de piste pour Michelle Gendron

À Alma, Michelle Gendron participe à sa 40e finale des Jeux du Québec en carrière. Le compteur cessera d'ajouter des éditions puisque la coordonnatrice aux communications stratégiques chez SPORTSQUÉBEC prendra sa retraite en avril prochain, au moment où elle soufflera ses 65 bougies.
À l'emploi de la corporation depuis 1979, Mme Gendron a un livre de souvenirs bien garni. Au fil de sa carrière, la grande partie de sa tâche a été axée sur le suivi politique. Les mémoires remis aux ministres, les communiqués, les communications corporatives ou encore les discours de galas, tout a été rédigé sous la plume de Michelle Gendron.
«Je quitte le 28 avril prochain, j'ai annoncé ma décision cinq ans à l'avance et je ne vais pas changer d'avis, a prévenu la sympathique dame au cours d'un long entretien. Les gens étaient convaincus que je resterais, mais il vient un temps où c'est l'heure de se retirer et de laisser sa place aux autres. Sagement, j'ai décidé que c'était le temps de prendre du temps pour moi.»
Dans son temps libre, Michelle Gendroa l'intention de s'impliquer bénévolement dans divers organismes, entre autres choses.
C'est donc avec un sentiment du devoir accompli qu'elle est prête à laisser la place à quelqu'un d'autre. Sauf que son départ va en quelque sorte créer de l'emploi chez SPORTSQUÉBEC. En effet, Mme Gendron a piloté plusieurs dossiers en grande totalité. À partir du 1e mai, le travail sera réparti au sein de plusieurs personnes.
«On a fait venir une firme professionnelle pour observer mon travail et elle a jugé que ça prenait deux personnes et demie pour effectuer mon travail, a-t-elle lancé en riant. Ce n'est pas que je suis une wonder woman, c'est juste que lorsque tu es seule, tu dois trouver des moyens de faire efficaces.»
Pour la cause
Au fil des ans, Michelle Gendron a vécu une panoplie d'expériences enrichissantes et elle a rencontré plusieurs personnes influentes du monde politique, communautaire et sportif. C'est toutefois les valeurs de SPORTSQUÉBEC qui l'ont davantage nourri.
«J'ai besoin d'une cause et j'ai besoin de croire à ce que je véhicule, a-t-elle raconté. J'ai fondamentalement besoin d'être convaincue que je le fais pour les bonnes raisons et que ça va donner des bonnes valeurs. J'ai une cause dans les mains qui est à mon avis la meilleure, qui est celle qui permet à des jeunes de devenir des bonnes personnes.»
À titre d'exemple, Michelle Gendron parle de sa rencontre, pendant une finale des Jeux du Québec, avec Alexandre Despatie, ou encore Jean Bédard. Anciens athlètes amateurs, le premier a brillé sur la scène mondiale du plongeon, et le second est devenu un homme d'affaires établi. Il est actuellement le président et directeur général de Sportscène, l'entreprise qui gère les restaurants La Cage.
«Il est un homme d'affaires accompli et il le doit en partie au sport, c'est lui-même qui le dit», a soutenu Mme Gendron, en plus de souligner au passage l'apport de tous les médias dans la promotion du sport.
C'est entre autres pour toutes ces belles raisons que la coordonnatrice aux communications stratégiques a tant aimé s'impliquer au sein de SPORTSQUÉBEC. La nostalgie n'est toutefois pas un sentiment qui l'habite, à quelques mois de la retraite.
«Je suis très en paix, je suis de nature heureuse et c'est très correct comme ça, a-t-elle raconté, tout en jurant qu'elle ne reviendrait pas assister aux Jeux du Québec en tant que spectatrice, histoire de laisser toute la place à ses successeurs.