Le cinéaste Jean-Marc E. Roy a récolté une nomination pour un prix Gémeaux pour sa dernière série documentaire, Cowboy: un rêve canadien, coréalisée avec Philippe David Gagné.

Année chargée pour Jean-Marc E. Roy

En plus d'avoir récolté une nomination pour un prix Gémeaux avec sa dernière série documentaire qu'il a coréalisée avec Philippe David Gagné, le cinéaste Jean-Marc E. Roy a séduit des jurys aux quatre coins du monde avec son court métrage Nevermind, qu'il a conçu en compagnie de la comédienne Sophie Cadieux.
Réalisateur prolifique malgré sa jeune trentaine, Jean-Marc E. Roy sait vraisemblablement bien s'entourer. Il y a quelques semaines, Roy apprenait que sa coréalisation avec Philippe David Gagné, Cowboy: un rêve canadien, avait été mis en nomination au prochain gala des prix Gémeaux dans la catégorie Meilleure émission ou série originale produite pour les médias numériques: affaires publiques, documentaire, magazine, sport.
Joint au téléphone, le cinéaste qui avait déjà remporté un Gémeaux en 2012 avec Pick-up: à la rencontre d'un bout du monde (une autre coréalisation avec Philippe David Gagné), s'est dit ravi de cette nouvelle nomination.
«Le fait d'être reconnu par ses pairs, que ce soit dans le milieu du cinéma ou du web, c'est toujours flatteur, d'expliquer Roy. Ça cautionne d'une certaine façon le pourquoi on fait ça.»
D'ici le 29e gala des prix Gémeaux qui aura lieu le 14 septembre, Jean-Marc E. Roy ne chômera pas, car son court métrage Nevermind a conquis de nombreux comités de sélection dans divers festivals tout autour du monde.
Parmi les quinze festivals qui ont retenu le court métrage et qui le présenteront au cours des prochaines semaines, on retrouve notamment le festival international Signes de nuit à Berlin, le 25e Festival international de courts métrages de Sao Paulo, au Brésil, ainsi que le 26e Festival de cinéma de Girona, en Espagne.
Accueil
L'accueil réservé au court métrage est d'autant plus étonnant lorsqu'on apprend les circonstances dans lesquelles le film a vu le jour. À cet effet, la comédienne Sophie Cadieux, qui a joué et participé à l'écriture de Nevermind, a raconté au téléphone le contexte de création du court métrage.
«C'est venu d'une envie de travailler avec Jean-Marc et on s'était dit à quelques reprises qu'il faudrait tourner ensemble un jour, de se remémorer la comédienne. Et puis alors que j'étais en tournée, Jean-Marc est venu me rejoindre à Alma et on est parti à la recherche d'un endroit où on allait pouvoir tourner. On s'est finalement ramassé dans un motel et on a improvisé avec ce qu'on avait. Ça a finalement donné une histoire intéressante, un quatre minutes de nostalgie quant à notre adolescence.»
Nevermind, du même nom que le deuxième album du groupe-culte Nirvana, est inspiré du 8 avril 1994, jour fatidique où la mort de Kurt Cobain a été dévoilée. Selon Sophie Cadieux, l'excellent accueil de Nevermind est principalement lié au thème qui y est abordé.
«Chaque génération a ses idoles et à l'époque, je devais avoir quinze ans. Et comme Kurt Cobain s'est enlevé la vie, il y a quelque chose de romantique dans ça. Alors en mettant cette histoire en parallèle avec le fait que mon personnage avait appris ça lors d'un après-bal de finissants, on avait un peu l'impression de prendre un Polaroïd de notre adolescence.» Lors du passage de Nevermind à Girona, c'est justement Sophie Cadieux qui accompagnera le film.
De son propre aveu, la comédienne a la ferme intention de répéter sa collaboration avec Jean-Marc E. Roy. En effet, le duo caresse le projet de produire une trilogie de courts métrages, dont Nevermind sera le premier tome. Hormis le projet de trilogie, Jean-Marc E. Roy est actuellement en fin de post-production pour Bleu tonnerre, un conte rural chanté avec Dany Placard (une autre coréalisation en compagnie de Philippe David Gagné) qui devrait être présenté au cours de l'année prochaine.