L'espoir renaît pour les citoyens de Kénogami qui aimeraient que l'ancien hôtel de ville de la municipalité soit préservé.

Ancien hôtel de ville: l'espoir renaît à Kénogami

L'espoir renaît pour les citoyens de Kénogami qui aimeraient que l'ancien hôtel de ville de la municipalité soit préservé.
L'espoir renaît pour les citoyens de Kénogami qui aimeraient que l'ancien hôtel de ville de la municipalité soit préservé.
Un particulier intéressé par le bâtiment a récemment visité les lieux à deux reprises avec le conseiller municipal de l'endroit, Claude Tremblay.
Selon l'échevin, l'acquéreur potentiel, qui oeuvre dans le milieu de la construction, souhaite faire une offre. Toutefois, il a demandé qu'une inspection formelle des lieux soit réalisée afin d'avoir l'heure juste au sujet de l'état de l'immeuble. On sait que le bâtiment, construit en 1932, requiert des travaux importants.
Il y a deux ans, l'école de danse Le Prisme culturel a dû quitter les lieux soudainement parce que la structure présentait une menace pour la sécurité des élèves. Le plafond d'un des studios menaçait de s'effondrer et un mur porteur devait être solidifié sans délai. Les résultats d'analyses subséquentes ont forcé la Ville à investir pour la réalisation de travaux urgents, le tout dans le but de circonscrire les dommages.
2 millions $ requis
Des analyses subséquentes ont révélé qu'un investissement de 2 millions $ était nécessaire pour rendre l'édifice conforme aux normes en vigueur. Claude Tremblay a précisé, au printemps dernier, que cette somme n'était pas disponible dans les coffres municipaux.
L'édifice est vacant depuis le déménagement du Prisme culturel dans un pavillon du Cégep de Jonquière et celui du service des immeubles de Saguenay dans l'ancien garage Supra, rénové par la municipalité.
« La personne avec qui j'ai visité a un intérêt pour la bâtisse et a aussi le patrimoine à coeur. Il est monté au grenier pour aller voir lui-même et semblait dire que c'était en bon état. Si les coûts le permettent, il a un projet pour l'ancien hôtel de ville », se réjouit Claude Tremblay, dont la carrière en politique municipale tire à sa fin. L'annonce de la relance du bâtiment serait, pour lui, une très bonne nouvelle.