L'annonce de cet investissement s'est fait en présence du premier ministre Philippe Couillard qui a souligné l'implication de son gouvernement par l'entremise du Fonds valorisation bois pour une somme de 5,5 millions $.

7,6M$ pour améliorer la production

L'ajout de trois partenaires financiers permet à la Coopérative forestière de Petit Paris d'investir 7,6 millions $ dans une nouvelle ligne de sciage.
L'injection de capitaux permettra à la scierie de Saint-Ludger-de-Milot d'accroître sa production tout en réduisant de façon importante celle de résidus. 
« Nous allons avoir un meilleur ratio de rendement pour être parmi les scieries les plus productives au Québec. La nouvelle technologie va nous permettre de valoriser chaque arbre de façon optimale », a indiqué le directeur général de la coopérative, Alain Paradis.
Avec la même quantité de billes, la scierie devrait livrer plus que les 100 millions de pieds mesure de planche (PMP) qu'elle produit chaque année. En revanche, la direction n'était pas en mesure d'avancer de chiffres précis.
Le Fonds Valorisation bois, qui regroupe Investissements Québec et le Fonds de la solidarité FTQ, le Fondaction de la CSN et la compagnie Poutrelles Internationales, sont les nouveaux actionnaires de la Coopérative.
Cette association est très intéressante pour Produits forestiers Petit Paris. En effet, le partenariat avec l'entreprise de Pohénégamook va permettre d'écouler tout le bois de qualité MSR pour fabriquer des poutrelles en I. Des produits qui sont exempts du conflit du bois d'oeuvre avec les États-Unis. 
« Ce type de bois représente environ 40 % de la production de la scierie. De plus, Poutrelles internationales va faire la mise en marché de tous nos autres produits. Ce partenariat est intéressant, car une partie de notre bois pourra servir au développement de produits à valeur ajoutée », a mentionné Paradis.
Décision importante
Le fait de réduire la production de résidus, notamment de copeaux, est important dans le contexte de l'abondance de cette matière, en raison notamment de la baisse de production de papier journal.
Les travaux de modernisation de la ligne de sciage 16 pieds débuteront cet automne. 
L'annonce de cet investissement s'est fait en présence du premier ministre Philippe Couillard qui a souligné l'implication de son gouvernement par l'entremise du Fonds valorisation bois pour une somme de 5,5 millions $.
Centrale thermique
Aussi, il a rappelé que son gouvernement a versé 2,7 millions $ pour la concrétisation du projet de centrale thermique. 
En effet, lorsque la Coop a annoncé qu'elle achetait les parts de Produits forestiers Résolu, l'automne dernier, elle avait divulgué le projet d'une centrale qui va permettre d'utiliser l'écorce afin de chauffer les séchoirs à bois. Ce qui va permettre de réduire l'équivalent de l'émission de gaz à effet de serre de 989 voitures par année (3363 tonnes) et d'augmenter de 20 % la capacité de séchage.
« Ce type d'investissement nous amène à avoir plus de diversité, plus de compétitivité. Je suis heureux d'entendre le partenariat avec Poutrelles internationales qui permet d'écouler une partie du bois de sciage ailleurs qu'aux États-Unis. Il faut des projets comme ça qui permettent de se sortir de l'étau du bois d'oeuvre américain pour ne pas se retrouver en otage. Orienter la production de nos produits de sciage vers ce type de production fait partie des solutions », a indiqué le député de Roberval.
Le premier ministre, Philippe Couillard
Québec promet du bois
Pour assurer son avenir, Produits forestiers Petit Paris a besoin d'obtenir 60 000 mètres cubes de bois supplémentaire afin d'atteindre le même ratio de 75 % d'approvisionnement accordé aux autres compagnies forestières.
En effet, la coopérative dispose d'une garantie d'approvisionnement de 500 000 m3, ce qui représente l'équivalent de 62 % de ses besoins, alors que la norme dans l'industrie est de 75 %.
Une problématique mainte fois soulevée par l'entreprise qui devrait se régler prochainement, ont assuré le premier ministre Philippe Couillard et le ministre des Forêts, Luc Blanchette. « On peut être optimistes là dessus ! On veut que le pourcentage atteigne l'objectif de 75 % qu'ils demandent. Le rôle des coopératives dans notre région c'est majeur et leur rôle est très important », a répondu Philippe Couillard.
« Dans les deux dernières années, on a accordé ces volumes-là. Pour cette année, c'est prévu aussi. Et nous allons travailler pour régler la problématique de l'approvisionnement forestier une fois pour toutes comme nous le demande la coopérative », a assuré pour sa part Luc Blanchette.
Des engagements très bien reçus de la part du directeur général de la Coopérative forestière Petit Paris, Alain Paradis, qui soulignait que cette incertitude sur les volumes représentait un frein au développement et compliquait la recherche de financement.
Crise du bois d'oeuvre
Philippe Couillard assure que son gouvernement va venir en aide aux travailleurs et aux entreprises forestières dès l'annonce le 24 avril d'une surtaxe sur le bois d'oeuvre canadien devant entre en vigueur aux États-Unis.
« Nous allons être prêts à être sur le terrain avec les entreprises dès la première journée d'impact des tarifs. Ça ne sera pas le jour 1 qu'on sentira les impacts, car il faudra que l'inventaire et les calculs se fassent, mais on a déjà dit qu'on aurait un programme de garantie de prêts qui devrait suffire à soutenir notre industrie. Et j'enjoins le gouvernement fédéral à se joindre à nous. On va le faire et on va être aux côtés de nos entreprises et travailleurs. Il va y avoir un numéro facile à téléphoner et un guichet unique pour les entreprises. Le programme est en train d'être peaufiné et les détails vous seront donnés dans quelques jours », a déclaré le premier ministre.