La ligne aérienne Flair Airlines, d’Edmonton, a accusé WestJet et Swoop, sa filiale à bas prix, de nuire à ses activités en tarifant ses billets à un prix inférieur ou égal au prix coûtant et en inondant certains itinéraires de vols.

WestJet Airlines devant le Bureau de la concurrence

CALGARY — Le transporteur aérien WestJet Airlines dit coopérer avec une enquête du Bureau de la concurrence à la suite d’accusations de vente à prix abusif émanant d’un concurrent.

Le transporteur établi à Calgary a indiqué mercredi, dans un courriel, qu’il «compilait des informations» en réponse à une enquête du commissaire à la concurrence.

La ligne aérienne Flair Airlines, d’Edmonton, a accusé WestJet et Swoop, sa filiale à bas prix, de nuire à ses activités en tarifant ses billets à un prix inférieur ou égal au prix coûtant et en inondant certains itinéraires de vols. Ces pratiques contreviennent à la législation sur la concurrence, qui protège les nouveaux arrivants des transporteurs plus dominants.

Le chef de la direction de Flair, Jim Scott, a affirmé à la Presse canadienne que le transporteur à très bas prix avait perdu environ 10 millions $ entre la mi-juin et la mi-octobre.

Il a ajouté que WestJet avait offert des billets à partir de 39 $ pour des vols entre Edmonton et Abbotsford, en Colombie-Britannique, ce qui a coûté 2 millions $ à Flair entre le 20 juin et le 15 octobre.

M. Scott a jugé qu’il était rassurant de voir des médias rapporter que la Cour fédérale du Canada avait ordonné mardi à un vice-président de WestJet de comparaître devant le commissaire à la concurrence pour expliquer les tactiques de la compagnie aérienne.