Jean-Sébastien David, chef des opérations d’Arianne Phophate.

Voie ferrée: Arianne Phosphate pas intéressée

Arianne Phosphate n’a aucunement l’intention de s’immiscer dans le projet d’une voie ferrée de 370 kilomètres reliant Baie-Comeau et Dolbeau-Mistassini, annoncé mercredi sur la Côte-Nord.

« J’ai zéro position, je n’ai rien à dire là-dessus et à mon avis, c’est un projet parmi tant d’autres, a laissé tomber le chef des opérations d’Arianne Phosphate, Jean-Sébastien David. Honnêtement, on n’en a rien à faire de ce dossier. »

M. David a rappelé que la compagnie se concentrait sur la réponse de la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, attendue le 19 octobre, sur les conditions établies pour la construction des installations portuaires.

« De toute façon, on n’a jamais été approchés et ça n’a aucun lien ni intérêt avec notre dossier », a affirmé Jean-Sébastien David. Il a ajouté que ce n’était pas à Arianne Phosphate d’amorcer des discussions avec les instigateurs du projet sur la Côte-Nord.

Selon les détails annoncés mercredi, le projet ferroviaire coûterait 1,6 G$. Dans un monde idéal, ce nouveau lien serait livré en 2024. Au cours des prochaines semaines, les acteurs du dossier, appelé QcRail, vont consulter la population afin de connaître son avis, en plus d’entrer en communication avec de potentiels partenaires financiers.

Le lien ferroviaire permettrait de transporter des minerais, des grains, des produits chimiques et des produits forestiers, entre autres.

« S’il fallait attendre après ce projet, Arianne n’existerait plus », a conclu Jean-Sébastien David.