Usine Grande-Baie: le syndicat Unifor a gain de cause sur Rio Tinto

Unifor a obtenu gain de cause sur Rio Tinto relativement à la modification des conditions de travail des travailleurs de métier de l’Usine Grande-Baie, lesquels ont obtenu une accréditation syndicale au cours des derniers mois et sont en négociation.

Cette affaire remonte au 21 décembre 2018. Le comité de rémunération de la multinationale avait alors accordé une augmentation de salaire de l’ordre de 2,8 pour cent à tous les salariés de l’entreprise au Saguenay. Selon le communiqué d’Unifor, Rio Tinto avait refusé d’accorder cette augmentation au groupe des 88 travailleurs de métier de l’Usine Grande-Baie.

« Pour nous, cette décision de ne pas accorder l’augmentation aux travailleurs de métier s’apparente à un acte de représailles contre le groupe qui s’était syndiqué. Cela avait aussi tous les airs d’une tactique d’intimidation pour décourager les travailleurs de la production qui sont non syndiqués, mais dont plusieurs aimeraient bien se joindre à nous », a déclaré le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné.

La décision rendue par l’arbitre Gabriel-Marie Côté dépasse les intérêts immédiats des travailleurs. Ces derniers se partageront tout de même une somme globale de 250 000 $, tout en obtenant une augmentation de salaire de 2,8 %.

« C’est une décision importante pour le droit à la syndicalisation et le respect des lois qui protègent l’exercice de ce droit. Nous appelons les travailleurs de la production à emboîter le pas de leurs collègues de l’entretien et de se joindre à eux au sein d’Unifor », reprend le directeur québécois, dans un communiqué émis en fin d’après-midi mardi.

Les employés d’entretien de l’Usine Grande-Baie sont dans un processus d’arbitrage de première convention collective.