La députée Nancy Guillemette, le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, Hermel Bujold, de Usinage numérique HB, et le député Richard Hébert, ont pris part à la conférence de presse, mardi.

Usinage HB se tourne vers l’international

L’entreprise Usinage numérique HB de Dolbeau-Mistassini investit 667 000 $ pour faire l’acquisition d’un centre d’usinage, bénéficiant de l’aide des gouvernements provincial et fédéral.

Si vous aviez dit à Hermel Bujold qu’il piloterait une entreprise comptant 15 employés et exportant ses produits partout dans le monde lorsqu’il a lancé son entreprise en 2005, voici ce qu’il aurait répondu. « Vous rêvez en couleur », a-t-il commenté lors de la conférence de presse présentée mardi à son usine de Dolbeau-Mistassini.

À l’époque, l’homme qui avait perdu son emploi comme machiniste a simplement décidé de lancer son entreprise. Il a d’abord reçu l’aide du Centre local d’emploi lui permettant d’avoir accès à la mesure de soutien au travail autonome, ce qui lui permettait d’avoir un revenu stable, équivalent à l’assurance emploi, pour lancer son entreprise. Puis, faute de trouver du soutien dans les institutions financières, il a déniché 60 000 $ de capitaux auprès de ses proches pour lancer son entreprise.

En se spécialisant dans l’usinage de pièces de très haute précision, il a ainsi développé une niche de marché spécialisée et développé une clientèle fervente de la qualité de ses produits. Ainsi, il a pu embaucher un premier employé, puis les autres ont suivi.

Aujourd’hui, l’entreprise a un chiffre d’affaires dépassant les deux millions de dollars par an et 15 employés. Spécialisée dans le domaine de la foresterie, du transport et de l’alimentation, Usinage numérique HB exporte 30 % de ses produits à l’international. L’entreprise fabrique également des trophées, notamment pour le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec.

Et c’est justement pour augmenter la cadence des exportations et réduire la sous-traitance que l’entreprise investit 667 000 $ pour faire l’acquisition d’un centre d’usinage et l’achat d’un système de contrôle de qualité.

Sur cette somme, DEC Canada accorde une contribution remboursable de 200 000 $, alors que le gouvernement du Québec finance 158 000 $, notamment grâce au programme ESSOR. « Des aides financières, c’est un bon tremplin pour aller plus loin », a soutenu M. Bujold, qui a désormais deux associés à ses côtés, Pierre Thériault et Vincent Girard.

Richard Hébert, le député fédéral de Lac-Saint-Jean, a tenu à souligner le dévouement d’Hermel Bujold, un Gaspésien d’origine. « Plus que jamais, c’est important d’appuyer une entreprise qui s’est bâti une solide notoriété en usinage numérique de haute précision, un formidable terreau pour l’innovation », a-t-il mentionné, en soulignant le savoir ingénieux développé par l’entreprise, notamment avec le Rapid Strap, un produit breveté permettant de rembobiner rapidement et sécuritairement les sangles des camions de transport.

L’entrepreneur a également développé un produit similaire pour les pompiers, le Rapid Fire Strap, utilisé notamment par les pompiers de Dolbeau-Mistassini. Une innovation qui a d’ailleurs mérité un prix pour la santé et sécurité au travail.

Le financement offert par Québec permettra notamment à l’entreprise d’augmenter sa capacité de production pour répondre à l’augmentation de ses ventes, a soutenu Nancy Guillemette, la députée provinciale du comté Roberval.

« Ces investissements vont nous permettre de continuer d’évoluer, de diminuer la sous-traitance et d’en faire plus ici », a remarqué Hermel Bujold, qui a tenu à remercier le maire de Dolbeau-Mistassini d’offrir un congé de taxes de cinq ans aux entreprises qui investissent dans le secteur.

Le Fonds Rio Tinto, qui offre de bonnes conditions de remboursement aux entreprises, a également contribué 50 000 $ dans ce projet.