L’eau de la nappe phréatique de Laterrière serait d’une qualité exceptionnelle selon les analyses effectuées au fil des dernières années.
L’eau de la nappe phréatique de Laterrière serait d’une qualité exceptionnelle selon les analyses effectuées au fil des dernières années.

Une usine d’embouteillage d'eau en 2021 à Saguenay

Un nouvel embouteilleur 100% québécois devrait voir le jour en 2021 à Saguenay, avec à sa tête Sylvain Boudreault, l’homme derrière le succès d’Eska.

L’entreprise, dont le nom provisoire est Aqua Fjord, exploitera l’eau de source provenant de la nappe phréatique de Laterrière, découverte il y a quelques années sous des terrains appartenant à Gazon Savard, également actionnaire du projet. L’athlète Pierre Lavoie gravite également autour de ce projet.

Des sommes majeures ont été investies récemment pour l’achat d’équipement et, si tout se déroule comme prévu, l’ouverture pourrait se faire au début de l’année 2021.

«C’est possible de penser à une ouverture dans quelques mois, mais il y a encore du travail à faire avant d’en arriver là. On peut cependant confirmer que des équipements ont été achetés et d’autres investissements ont été réalisés», affirme Sylvain Boudreault, un des associés de l’entreprise Gazon Savard dans ce projet.

Natif du Bas-Saguenay, M. Boudreault est celui qui a mené à terme le projet de l’embouteilleur Eska, en Abitibi-Témiscamingue. Il a bâti le concept et l’usine qui appartient à des intérêts américains. Le projet Aqua Fjord devrait ressembler à cette usine, mais en plus de l’eau de source, d’autres boissons à valeur ajoutée devraient être embouteillées. «On va commencer tranquillement, mais en effet, on songe à ajouter d’autres types de breuvages à valeur ajoutée», laisse tomber M. Boudreault, précisant que les produits santé sont ciblés.

L’athlète et père du Grand Défi Pierre Lavoie est d’ailleurs impliqué dans ce dossier et est en discussion avec Gazon Savard et Sylvain Boudreault. Ce dernier aurait manifesté de l’intérêt pour la production de breuvages santé.

Il n’a pas été possible de connaître le nombre d’employés prévu pour cette usine. À titre comparatif, chez Eska, c’est près de 130 travailleurs qui oeuvrent sur le site d’embouteillage.

La nappe phréatique de Gazon Savard, rappelons-le, a été découverte il y a un peu moins de 10 ans, par des fonctionnaires de Saguenay. Le maire de l’époque Jean Tremblay en avait fait l’annonce en 2012, en affirmant que cette eau était de qualité exceptionnelle. «Supérieure à celle d’Amos (Eska)», disait-il à ce moment.

Ce n’est cependant qu’en 2019 que la Commission de protection du territoire agricole du Québec a donné l’autorisation à Gazon Savard d’utiliser l’eau de nappe phréatique.

Est-ce que l’eau sera embouteillée en canette d’aluminium ou en bouteille de plastique ? Les actionnaires devraient dévoiler plus de détails au cours des prochains mois.