L'auteur de la pétition, Pierre Charbonneau.

Une pétition en appui aux grands projets

Après avoir été l’auteur d’une première pétition ayant recueilli 8000 signatures en faveur du projet « Vaudreuil au-delà de 2022 », l’ingénieur Pierre Charbonneau revient à la charge en demandant à la population d’en signer une nouvelle en appui aux projets Énergie Saguenay, Arianne Phosphate et Métaux BlackRock.

Lors d’une conférence de presse tenue en présence de représentants syndicaux de la FTQ-Construction et du Conseil provincial des métiers de la construction, M. Charbonneau a déclaré qu’au nom du développement économique régional, il est temps pour ceux qui appuient ces projets totalisant 16 G $ de se manifester. 

M. Charbonneau affirme que même si des environnementalistes tiennent des propos alarmants sur certains aspects de ces projets, les citoyens sont en mesure de comprendre que les promoteurs et grandes entreprises sont soumis à des règles imposées par les gouvernements supérieurs. « J’ai mis en oeuvre cette pétition afin de présenter l’autre côté de la médaille et pour éviter que tout le monde soit sous l’impression que la région est contre ces projets », a -t-il déclaré.

Selon lui, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, s’il veut éviter un dépeuplement, doit redevenir prospère et créer des emplois qui assureront eux-mêmes le maintien des services publics de santé, d’éducation etc. Pour ça, il a besoin d’investissements provenant du privé. « L’économie est en baisse dans la région. On a perdu 5000 emplois et pourtant on n’est pas en période de récession. »

Refusant de qualifier de pied-de-nez aux écologistes la pétition lancée, M. Charbonneau prétend qu’il faut interroger et remettre en question les prétentions des écologistes lorsqu’ils affirment, par exemple, qu’un tel projet fera disparaître les bélugas du Saint-Laurent en raison du transport maritime, qu’un tel autre projet mettra fin à l’industrie touristique au Saguenay, etc. L’auteur de la pétition ajoute que la région ne doit pas manquer l’occasion qui se présente à elle de pouvoir se sortir de la dépendance économique crée par la présence de Rio Tinto et de Produits forestiers Résolu (PFR).

M. Charbonneau prévoit mettre à la disposition du public la pétition sous forme papier dans certains commerces, en plus de la retrouver sous forme électronique sur le web. Il souhaiterait franchir le cap des 8000 signatures et idéalement atteindre les 15 000 noms.

Les documents signés seront remis aux trois promoteurs concernés par les projets.

Appuis syndicaux

Avant même d’être dévoilée, la pétition reçoit l’appui des milieux syndicaux de la FTQ et du Conseil provincial des métiers de la construction. Lors de la conférence, Marc Simard, représentant syndical des 300 monteurs d’acier, Roger Valcourt, représentant du syndicat des électriciens, Philippe Green, Local 500 du Conseil provincial et Pierre Mallette du Local 791 des opérateurs-mécaniciens et des métiers de la truelle ont fait savoir à tour de rôle qu’ils appuient les projets en gestation en spécifiant qu’ils ne sont pas là pour s’immiscer dans le débat environnemental, mais qu’ils souhaitent travailler dans leur région. M. Green a mentionné que comme bien d’autres, il chasse avec ses enfants et souhaite continuer de le faire sans détruire l’environnement et en continuant à gagner sa croûte ici.

Chambre de commerce

Du côté de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, l’organisme a salué l’initiative citoyenne de M. Charbonneau et entend partager l’information sur ses différents outils de communication sans s’engager à solliciter des signatures de la part des membres. La directrice générale, Sandra Rossignol, a mentionné que le rôle de la chambre est de promouvoir le développement économique, mais aussi le développement durable.