Transports Canada tiendra une consultation nationale sur les 18 administrations portuaires, dont Port Saguenay.

Une consultation sur Port Saguenay

Le grand public et les intervenants socio-économiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean seront invités à discuter de l’avenir de Port Saguenay dans le cadre d’une consultation qu’entend mener le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, sur les 18 administrations portuaires, au cours des prochains mois.

Le ministre a annoncé lundi la tenue d’une consultation qui devrait impliquer la participation des Autochtones, des administrations portuaires, des municipalités, des gouvernements et des intervenants du secteur maritime. L’objectif est d’asseoir ces intervenants autour de tables rondes et de les faire participer à des réunions sur la façon dont les ports peuvent relever les défis de l’avenir et saisir les possibilités de développement.

Avec les intentions de grands promoteurs comme Métaux BlackRock de construire une usine de transformation du minerai de fer ou celle d’Arianne Phosphate d’aménager de nouvelles installations sur la rive nord du Saguenay ou encore d’Énergie Saguenay d’implanter une usine de liquéfaction du gaz naturel, le rôle de Port Saguenay est appelé à s’accroître avec le développement d’une zone industrialo-portuaire si ces projets se concrétisent, explique Carl Laberge, directeur général de Port Saguenay, lorsque joint par Le Quotidien.

Dans le cadre de l’exercice de révision du réseau portuaire, M. Laberge a indiqué que l’organisme qu’il dirige entend mettre son grain de sel, entre autres, en ce qui a trait au volet du financement des infrastructures portuaires requises par la présence de la grande industrie comme l’aménagement de lignes d’énergie électrique ou gazière, l’aqueduc ou les égouts. « Il est évident qu’on n’a pas les mêmes réalités qu’un port situé dans un centre-ville comme Montréal ou Vancouver ». En vertu de ses lettres patentes délivrées par le fédéral, la capacité d’emprunt de Port Saguenay est limitée à 8 M$, une limite qui peut être rehaussée sur demande en fonction des besoins. Étant donné que le fédéral n’est pas en mesure présentement d’aider les administrations portuaires, Port Saguenay travaille directement avec des fournisseurs comme Hydro-Québec, Saguenay ou Gaz Métro pour assurer son développement.

Selon lui, il ne fait pas de doute que l’aspect environnemental relié à la présence des ports fera partie des discussions entreprises avec le public.

En ce qui a trait au détail de la consultation menée par Transport Canada, M. Laberge n’était pas en mesure de les dévoiler, compte tenu de l’annonce récente.