Une autre bannière pour les Brunet de La Baie

En raison de l’achat du Groupe Jean Coutu par Metro, les deux pharmacies Brunet de La Baie devront changer de bannière au cours des prochains mois.

Annoncée en octobre 2017, la transaction entre les deux géants s’est concrétisée vendredi dernier. À la suite d’une décision du Bureau de la concurrence, il avait alors été mentionné que Metro devait se départir de 10 pharmacies au Québec.

Dans le cas de La Baie, il s’agit des deux pharmacies Brunet du 435 rue Albert, près du Tim Hortons, et du 2100 rue Bagot, à l’intérieur des Galeries de La Baie. Metro conservera ainsi la pharmacie Jean Coutu du 180, 6e rue, près du IGA.

Il faut savoir qu’au Québec, les pharmaciens sont les propriétaires de leur établissement et qu’ils sont associés aux bannières via des franchises.

« La concurrence n’aurait pas été suffisamment forte. Il y aurait eu trop de concentration », a confirmé Marie-Claude Bacon, directrice principale, Service des affaires corporatives chez Metro. Cette dernière n’a pas voulu dire que Metro avait choisi de garder le Jean Coutu au détriment des deux Brunet, plus exigus. « C’est une négociation qui s’entreprend alors avec le Bureau de la concurrence », s’est-elle limitée à dire.

Le gérant administrateur de la Pharmacie Brunet Régis Côté, Pierre-Olivier Côté, a confirmé que le pharmacien-propriétaire était à la recherche d’une nouvelle affiliation. « M. Côté va signer avec une nouvelle bannière. Il y a plein d’offres. C’est très intéressant pour les bannières et elles cognent toutes à nos portes », a-t-il expliqué, ajoutant que de telles occasions d’affaires ne se présentent pas souvent. En effet, en raison des contrats sur les franchises, les pharmaciens ne peuvent être approchés en tout temps pour changer de bannière.

Pour ce qui est des clients et des employés de ces deux pharmacies, il n’y a aucune inquiétude à avoir, ont assuré autant M. Côté que Mme Bacon. « En fin de compte, les pharmacies vont rester ouvertes et les emplois sont maintenus. Pour ce qui est des dossiers des patients, ils sont la propriété du pharmacien », a relaté la porte-parole de Metro.