Le projet de GFL Environmental se fera à partir de l’ancien Lieu d’enfouissement technique de Chicoutimi.
Le projet de GFL Environmental se fera à partir de l’ancien Lieu d’enfouissement technique de Chicoutimi.

Une aide de 2,6 M$ pour un projet de gaz naturel renouvelable à Chicoutimi

Un projet de production de gaz naturel renouvelable (GNR) situé sur l’ancien Lieu d’enfouissement technique de Chicoutimi, sur le boulevard Talbot, reçoit une aide financière de 2 600 000 $ de la part du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec. Mené par l’entreprise GFL Environmental, il vise à produire deux millions de mètres cubes de GNR par année.

Au total, huit projets ont été retenus par le gouvernement, qui a annoncé mardi le partage d’une enveloppe de 70M$ au total. Pour l’instant, 45M$ ont été distribués, soit 15M$ pour aider à la construction des installations de production de GNR et 30M$ pour connecter les sites de production au réseau de distribution de gaz naturel. Les modalités d’attribution des 25M$ restants seront annoncées ultérieurement.

Selon le communiqué émis par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, les projets appuyés financièrement doivent être en mesure d’entrer en production d’ici la fin de 2023.

Il n’a pas été possible d’obtenir les détails du projet de GFL Environmental. Matrec, qui est la filiale québécoise de GFL, a proposé de contacter le siège social de l’entreprise, à Toronto. Le directeur des projets, Adam Plomske, n’a pas retourné l’appel du Quotidien.

À titre comparatif, le Groupe Bioénertek, de Sainte-Sophie-de-Lévrard, dans la région du Centre-du-Québec, a reçu une subvention d’un peu plus de 3M$ pour produire du GNR via la biométhanisation de matières organiques résiduelles agricoles. Le coût de ce projet est évalué à 16,25M$. Énergir a du même coup reçu une aide financière de 6,6M$ pour raccorder le projet du Groupe Bioénertek à son réseau de distribution.

Le Lieu d’enfouissement technique de Chicoutimi est fermé depuis qu’il a atteint sa pleine capacité, vers la fin de l’année 2017. Les déchets du Saguenay sont depuis acheminés au site d’enfouissement d’Hébertville-Station.

«Notre gouvernement a la volonté de développer une filière de biométhanisation et de production de gaz naturel renouvelable au Québec. [...] C’est ensemble que nous réussirons au moyen de différents projets à contribuer non seulement à l’atteinte des cibles gouvernementales de réduction des gaz à effet de serre, mais également de production d’une énergie verte. C’est une bonne nouvelle pour l’économie de toutes les régions et pour notre environnement. J’en suis très fier et je remercie tous les partenaires impliqués», a réagi dans le communiqué le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien.