L’AGV TEAM, le tout premier véhicule électrique autoguidé pour les alumineries conçu et fabriqué en Amérique du Nord, a été dévoilé jeudi par l’entreprise Mecfor.

Un véhicule électrique autoguidé pour les alumineries

Au terme de deux années de recherches, de développement et d’essais, l’équipementier Mecfor dévoile son tout nouveau véhicule électrique autoguidé destiné aux alumineries. La conception de l’AGV TEAM, le tout premier engin du genre entièrement conçu et fabriqué en Amérique du Nord, a nécessité un investissement de 1,4 million $.

C’était la fête, jeudi, dans les locaux de SigmaDek, à La Baie, où Mecfor a présenté en grande pompe son nouveau bébé. Artistes de cirque, musique, jeux de lumière, l’entreprise n’avait rien ménagé pour mousser le lancement de son véhicule, développé grâce à l’appui du gouvernement du Québec, qui a versé 520 000 $ pour soutenir le développement de cette nouvelle génération de transporteurs électriques et autoguidés.

Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, André Fortin, était d’ailleurs sur place pour souligner ce qu’il a qualifié de « coup de maître » de la part de l’entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements pour l’industrie de l’aluminium. Le député Serge Simard était également présent, aux côtés de représentants de la haute direction de Mecfor, récemment acquise par SeaFort Capital.

Le véhicule électrique autoguidé permettra le transport de creusets d’aluminium dans les salles de cuves d’entreprises comme Rio Tinto et Alcoa, et les autres alumineries du monde entier. Cette nouvelle technologie propre favorisera l’atteinte d’objectifs environnementaux, en tenant compte des spécificités de chaque usine. Un deuxième modèle pensé en parallèle pour le transport d’anodes est en développement.

La présidente de Mecfor, Éloïse Harvey, a rappelé que le véhicule électrique autoguidé permet à son entreprise de se positionner pour l’aluminerie de l’avenir, tout en ouvrant la porte à d’autres équipements similaires sur mesure.

Il s’agissait donc d’un grand jour pour la présidente de Mecfor, Éloïse Harvey, qui a mis en relief les nombreux avantages du véhicule en termes de maintenance et de coûts d’opération.

« En investissant dans cette technologie, Mecfor se positionne pour l’aluminerie de l’avenir, tout en ouvrant la porte à d’autres équipements similaires, sur mesure, pour différentes industries, avec des opérations dans des environnements hostiles », a fait valoir la présidente, dans un discours prononcé en français et en anglais.

Marché de 250 millions $
Chaque unité sera vendue au coût de 600 000 $. Selon Éloïse Harvey, un marché d’environ 50 millions $ s’offre à Mecfor en Amérique du Nord, au fur et à mesure que les flottes de véhicules existants seront remplacées. À l’échelle mondiale, il est estimé qu’un potentiel de 200 millions $ est à la portée de l’entreprise, qui a eu l’idée de développer un véhicule électrique autoguidé il y a 10 ans.

« On ne pense pas que les clients vont tous changer leur flotte de véhicules en même temps. Il y aura probablement un, deux ou trois AGV TEAM qui vont se placer au Québec au cours des prochaines années », a signifié Éloïse Harvey. Les alumineries comptent, en moyenne, une vingtaine de véhicules nécessitant tous une intervention humaine importante.

De nombreux employés de Mecfor et dignitaires ont assisté au dévoilement de l’AGV TEAM à l’usine SigmaDek de La Baie, jeudi.

La particularité du véhicule que Mecfor souhaite mettre en marché est qu’il se déplace de façon autonome par le truchement d’un laser de navigation. Il peut déterminer lui-même sa position dans l’espace, sa vitesse et ses virages. Il a toutefois besoin d’instructions pour savoir ce qu’il a à faire. Un opérateur doit donc lui fournir des instructions.

Le prototype présenté mercredi à de nombreux employés de Mecfor et à des dignitaires peut transporter des creusets de métal en fusion dont la charge totale atteint 34 tonnes. Les marchés minier, ferroviaire et maritime sont aussi dans la mire de Mecfor, qui compte bien faire valoir la polyvalence de l’équipement, conçu pour être utilisé dans des environnements de travail difficiles.

« L’industrie est maintenant prête pour cette nouvelle approche de la logistique et du transport. Nos clients veulent ce genre d’innovation et désirent travailler avec des technologies vertes », a renchéri Éloïse Harvey.