André Boily est le directeur de la SADC du Haut-Saguenay.
André Boily est le directeur de la SADC du Haut-Saguenay.

Un total de 29 entreprises aidées par la SADC du Haut-Saguenay

Les dirigeants de très petites entreprises ont eu un urgent besoin d’argent pour passer à travers la crise économique au cours des dernières semaines.

C’est ce que constate actuellement la direction de la Société d’aide au développement des collectivités du Haut-Saguenay (SADC-HS) qui a accordé des prêts totalisant 1 094 122$ à 29 entreprises, défonçant même l’enveloppe de 938 873 $ qui lui avait été accordée par le gouvernement fédéral via Développement économique Canada (DEC). Dans la région, les cinq SADC ont obtenu 5,2 M$.

En entrevue, André Boily, directeur de la SADC-HS, affirme que les besoins financiers en prévision de la relance économique des entreprises qui ne comptent qu’un à trois employés sont grands. « Les entreprises qu’on aide ne sont pas les plus prospères. Ce sont celles qui ne peuvent se classer auprès des banques. J’ai parlé à des gens à qui on disait que leur prêt était accepté et qui pleuraient à l’autre bout du téléphone. »

Selon les données fournies, les prêts consentis sont en moyenne de 35 000 $. Il est arrivé une fois qu’un prêt de 42 000 $ a été accordé, au-delà du plafond de 40 000 $ initialement prévu.

Les entreprises admissibles n’auront ni capital ni intérêt à rembourser avant le 31 décembre 2022. Celles qui rembourseront avant cette échéance bénéficieront d’une radiation de dette de 10 000 $.

Du côté de la SADC du Fjord, la directrice Christine Bouchard n’était pas en mesure de divulguer les données sur l’aide consentie puisque certains dossiers n’étaient pas encore complétés.

Le programme annoncé par le fédéral via DEC prévoit la distribution de 5,2 M$ aux cinq SADC en activité au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Outre les prêts offerts, les SADC offrent des contributions financières non remboursables pour des besoins d’aide technique. André Boily a mentionné que les dépenses pour des consultants, l’adaptation aux mesures sanitaires, le développement de plans financiers ou l’adoption de technologies pour le commerce en ligne ou la rétention de personnel pouvaient être couvertes par les SADC.

L’aide s’applique également pour des initiatives de développement économique local comme les formations aux entreprises, la promotion de l’achat local, les opérations de revitalisation de centres-villes et les campagnes publicitaires.