Un projet de fusion pour les Caisses Desjardins de La Baie et du Bas-Saguenay

Les Caisses Desjardins de La Baie et du Bas-Saguenay projettent de fusionner leurs activités à compter du 1er janvier prochain si leurs membres respectifs donnent leur accord lors de deux assemblées générales extraordinaires qui auront lieu le 18 septembre prochain.

Mercredi soir, les directions des deux caisses ont tenu des assemblées d’information au cours desquelles le projet a été officiellement présenté.

En entrevue téléphonique, Robin Bergeron, directeur général de la Caisse du Bas-Saguenay, et Martin Lemay, directeur de la Caisse de La Baie, ont expliqué que depuis plusieurs mois, les directions analysent la possibilité de fusionner dans le cadre d’une planification stratégique tout en gardant à l’esprit de conserver une même qualité de services aux membres.

Selon M. Bergeron, la Caisse du Bas-Saguenay a accompli de belles réalisations dans le milieu, sauf que l’institution doit faire face à des défis importants au chapitre du recrutement de main-d’œuvre et du remplacement de ses dix employés, la mutation des services vers l’Internet et la difficulté de conserver de bonnes marges bénéficiaires à long terme dans un marché de plus en plus concurrentiel. « On s’est demandé comment se positionner pour assurer notre avenir et on s’est fait accompagner par la Fédération des caisses pour travailler avec la Caisse Desjardins de La Baie », affirme M. Bergeron.

Lors de l’assemblée de mercredi, qui a réuni 75 membres au Bas-Saguenay, des questions ont été posées sur le rôle de la future caisse, la place qu’aurait la Caisse du Bas-Saguenay au sein du conseil d’administration, l’impact sur les ristournes, l’avenir des deux points de service de L’Anse-Saint-Jean et de Petit-Saguenay et du personnel en place.

Les deux dirigeants ont affirmé que les services en place sont appelés à demeurer. « Dans les regroupements passés de la Caisse de La Baie, ça n’a pas été fait pour diminuer notre présence dans le milieu. On a un partenaire qui veut s’assurer de la présence de personnes dans le milieu », affirme M. Bergeron.

Avec les 475 millions $ d’actifs de la Caisse de La Baie jumelés aux 75 millions $ de la Caisse du Bas-Saguenay, M. Lemay affirme que la nouvelle caisse serait une institution moyenne de l’envergure de la Caisse Arvida-Kéngami. Selon lui, cette fusion se ferait en continuité naturelle puisque plusieurs membres de la Caisse de La Baie sont d’anciens citoyens du Bas-Saguenay et vice-versa. Il est prévu que trois sièges du conseil d’administration sur quinze seraient réservés aux membres du Bas-Saguenay.