De gauche à droite: l’adjointe de projet Annick Gauthier, l’ingénieur chargé de projet Frédéric Jean et le président de Gémel Justin Pagé.
De gauche à droite: l’adjointe de projet Annick Gauthier, l’ingénieur chargé de projet Frédéric Jean et le président de Gémel Justin Pagé.

Un nouveau centre de tri à Chicoutimi

La Ville de Saguenay s’associe avec la firme d’ingénierie saguenéenne Gémel pour la construction d’un nouveau centre de tri de matières recyclables à Chicoutimi. Le projet d’environ 20M$ devrait débuter au printemps 2021.

Le centre d’une superficie prévue de 7500 m2 sera situé au 1185, rue Antonio-Lemaire à Chicoutimi, à deux pas du centre de tri actuel. La firme Gémel aura la tâche de faire la conception complète du bâtiment, soit les éléments électriques, mécaniques, civils et les éléments de la structure en collaboration avec l’équipementier.

«Les futures installations offriront une capacité annuelle de traitement de 25 000 tonnes métriques et auront pour but de trier en différentes catégories les différentes matières recyclables reçues des bacs de récupération des citoyens», peut-on lire dans un communiqué de presse à cet effet.

La conception du bâtiment se fera de façon intégrée, c’est-à-dire que tous les acteurs dans la réalisation du projet se consultent autour de la même table. «L’architecte est à la table avec le client, tous les ingénieurs, avec l’équipementier pour coordonner, un facilitateur Martin Roy et associés, puis l’exploitant. Donc, tous les intervenants sont assis ensemble, avec Ville de Saguenay bien sûr», a expliqué le président de Gémel, Justin Pagé.

De cette façon, M. Pagé mentionne que le départ du projet peut s’avérer plus lent, mais que tout devrait «avancer» plus rapidement au final, car les intervenants arrivent tous avec leurs différentes contraintes dès le début.

Pour ce centre de tri, la Ville de Saguenay désire un bâtiment accrédité LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), tout comme l’a été la bibliothèque d’Arvida dernièrement. La certification LEED repose sur des pratiques écoresponsables.

«Dans la conception, nous regardons d’où proviennent les matériaux, on essaie de les prendre plus localement. On regarde comment les rebus sont traités, on les récupère. Nous avons aussi des cibles à atteindre au niveau écoénergétique», a assuré M. Pagé. Il a ensuite expliqué que les réflexions étaient déjà entamées afin de trouver des options permettant d’accéder à la certification LEED. Un mur solaire est notamment en discussion. La question des coûts restera à régler. «C’est important pour nous», a souligné le président de la commission du développement durable et de l’environnement à la Ville de Saguenay, Simon-Olivier Côté, au sujet de cette certification.

Ce contrat permet à Gémel de consolider ses emplois existants et d’ajouter quatre nouveaux postes. Il s’agit du plus gros contrat de la firme depuis sa création.