Jérôme Gagnon (Jardins Mistouk), Josée Ouellet (Collège d’Alma), Pascal Cloutier (CSEMR) et Marc Asselin (CIDAL) entourent le président et chef de direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier.

Un million $ pour quatre projets au Lac

Quatre projets au Lac-Saint-Jean se partagent un peu plus d’un million de dollars du Fonds de 100 M $ du Mouvement Desjardins. C’est la première fois que le programme, créé en 2016, s’implique dans cette portion de la communauté.

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, était présent à Alma, mardi matin, pour annoncer les projets retenus. La Corporation d’innovation et développement Alma – Lac-Saint-Jean-Est (CIDAL) et le COlab du Collège d’Alma reçoivent chacun 340 000 $, le Centre spécialisé en entrepreneuriat multi-ressources de Dolbeau-Mistassini (CSEMR) obtient une aide de 250 000 $, et les Jardins Mistouk de Saint-Coeur-de-Marie bénéficient d’une subvention de 80 000 $.

Guy Cormier était fier d’offrir un fonds « totalement dédié aux régions du Québec », rappelant que la réalité de chacune d’elles était différente. « Ce n’est pas vrai que c’est pareil partout, et il n’y a rien de mieux que les gens du milieu pour organiser des choses et répondre aux besoins », a-t-il souligné.

CIDAL
La CIDAL, dont le président est le maire, d’Alma Marc Asselin, va utiliser les 340 000 $ pour implanter un incubateur entrepreneurial. Des partenaires publics, parapublics et privés pourront travailler ensemble et soutenir les entrepreneurs dans leur projet de démarrage d’entreprises.« Le territoire de la MRC Lac-Saint-Jean-Est se dote d’un puissant outil de développement régional, qui va permettre une synergie entre les acteurs régionaux », a réagi Marc Asselin. Dès son lancement, l’incubateur entrepreneurial va profiter à au moins cinq entreprises, en plus de créer une dizaine d’emplois. Les retombées économiques sont évaluées à près d’un demi-million $ pour la première année, selon M. Asselin.

COlab
Le COlab, annoncé en mai au Collège d’Alma, va profiter des 340 000 $ de Desjardins pour aménager des espaces collaboratifs interreliés, en solidifiant l’idée d’un laboratoire vivant qui va offrir des infrastructures et technologies modernes. L’objectif est de contribuer à l’émergence de projets audacieux et de collaborations à l’ère du numérique. « Cet investissement représente un jalon important pour la mise en place du COlab, a affirmé la directrice du Collège d’Alma, Josée Ouellet. L’ensemble des nouvelles technologies, il faut les intégrer au sein de nos vies, de nos modèles de gestion, d’organisations et au sein de nos gouvernances. Ce n’est pas toujours évident de voir de quelle façon on peut maximiser l’impact de l’ensemble des technologies. C’est l’essence même de la mission du COlab. » Les espaces collaboratifs vont notamment permettre d’unir plusieurs personnes, de différents domaines et de différents âges. « Soyons ambitieux et ayons confiance en notre potentiel », a souhaité Josée Ouellet.

CSEMR
Le Centre spécialisé en entrepreneuriat multi-ressources va bientôt s’installer au Juvénat de Dolbeau. En attendant, la subvention de 250 000 $ s’ajoute à celle d’un million $ annoncée il y a un mois par le gouvernement du Québec. Le CSEMR veut se spécialiser dans le domaine des ressources naturelles, en favorisant le partage d’expérience et de connaissances entre les différentes générations. Président du conseil d’administration et maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier mise sur le travail collaboratif pour faire avancer les choses. « Pour la première année, on va réunir environ 64 entrepreneurs et d’ici cinq ans, on pense que c’est réaliste d’atteindre 350 personnes », a prédit M. Cloutier.

Jardins Mistouk
Finalement, les Jardins Mistouk vont utiliser les 80 000 $ pour construire un bâtiment de service. Le jardin citoyen compte 220 familles membres et quelque 70 jardiniers collaboratifs et communautaires.

Vice-président des Jardins Mistouk, Jérôme Gagnon a expliqué que l’implantation d’un nouveau bâtiment multiservice va permettre de développer deux secteurs précis, soit un verger d’agriculture biologique et un maraîcher collaboratif. En échange de services, les jardiniers pourront recevoir une partie des récoltes. « Cet investissement va aussi nous servir de levier pour soutenir et promouvoir la mobilisation citoyenne, qui est extrêmement bien implantée dans le secteur nord de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, mais qu’on souhaite voir grandir », a confié Jérôme Gagnon.