Un duel syndical

Le Tribunal administratif du travail devra déterminer qui du Syndicat Unifor ou de la CSD est en mesure de représenter les 35 travailleurs de Granules LG, de Saint-Félicien, à la suite du dépôt au cours des dernières semaines de deux requêtes en accréditation syndicale.

La première a été déposée le 27 juillet dernier par le syndicat Unifor affilié à la FTQ-CTC visant à représenter tous les salariés à l’exception des employés de bureau et du chef mécanicien.

Quelques jours plus tard, soit le 3 août, le Syndicat des salariés de Granules LG, affilié à la CSD, a déposé une requête semblable visant à déloger le Syndicat des travailleurs de l’industrie et du commerce affilié à la Fraternité indépendante des travailleurs industriels présidé par Raynald Brodeur.

Selon Robert Morin, représentant national d’Unifor, des discussions ont présentement lieu avec le tribunal afin de fixer des dates d’audition. En vertu des articles 25 et suivants du Code du travail, le tribunal devra déterminer quelle organisation syndicale est majoritairement représentative ou même organiser un vote d’allégeance.

Plasmavie 
Le Syndicat des professionnels en soins de Québec affilié à la FIQ a réussi une première à l’échelle québécoise en syndiquant pour la première fois un centre Plasmavie, une unité d’Héma-Québec en opération sur le boulevard Talbot à Chicoutimi, qui compte 22 salariées.

La requête en accréditation déposée le 26 juin a été accordée le 28 juillet dernier.

Selon Josée Renaud, conseillère syndicale, une première rencontre de familiarisation a eu lieu la semaine dernière afin d’aborder les besoins du personnel en place.

« Dans les prochaines semaines, nous allons nous rencontrer à nouveau afin d’organiser une assemblée générale et pour élire un exécutif ainsi qu’un comité de négociation afin de bâtir une convention collective toute neuve à partir d’une feuille blanche ». Le syndicat et l’employeur disposent d’un délai d’une année pour conclure une première convention collective.

Congrégation Notre-Dame-du-Bon-Conseil
Une percée syndicale a également eu lieu au sein du personnel de la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil de Chicoutimi par le Syndicat québécois des employés de service, section locale 298 (FTQ), à la suite d’une requête déposée le 9 juillet dernier. Selon Annie Potvin, conseillère syndicale, l’accréditation couvre une cinquantaine d’employés oeuvrant comme infirmières et infirmières auxiliaires, préposés aux cuisines, à l’entretien ménager et aux archives. Une assemblée a eu lieu la semaine dernière afin de connaître les besoins des membres au chapitre des salaires et avantages sociaux. « Les employés se sont syndiqués pour obtenir le droit à l’ancienneté puisqu’actuellement, les quarts de travail sont attribués un peu de façon aléatoire. Les gens ont besoin un peu de stabilité. »