Daniel Daigneault, responsable du Centre d’études en ressources minérales, Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord, et Serge Simard, député de Dubuc.

Un demi-million pour le développement minier

Les efforts du groupe de travail mines et métaux issu du Sommet économique régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont aujourd’hui récompensés, via le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) du gouvernement du Québec. Une aide financière de 540 000$ accordée à l’UQAC et son Centre d’études sur les ressources minérales (CERM) permettra notamment de mieux positionner la région sur le marché minier et renforcer la niche des métaux industriels.

Réunis en conférence de presse, messieurs Serge Simard, député de Dubuc et adjoint du premier ministre, Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay et Réal Daigneault, responsable du CERM, ont annoncé le renouvellement et la consolidation de la Table régionale de concertation minière, laquelle fut active de 2012 à 2016. Jadis responsable de projets liés à l’exploration du territoire et la promotion du potentiel minier, la Table renforce et augmente son mandat de soutenir, par cet investissement, ce secteur d’activité dans une optique de développement durable.

À la fois une nécessité de positionnement, mais aussi de propices fenêtres de marchés sont à la base de cette annonce qui amène une véritable vision d’un horizon de 10 ans pour le créneau minier.

Le projet de mise en oeuvre de la Table de concertation est supporté par une poignée d’enjeux qui s’arriment avec un développement minier au visage de plus en plus responsable, à travers lequel la région et ses acteurs auront un rôle actif à jouer. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui dispose d’indices minéraux industriels de bonne qualité, a tout intérêt à se faire connaître et saisir les opportunités appelées à se multiplier dans un avenir proche.

Les rôles de l’UQAC (qui bonifie l’investissement à hauteur de 145 800$ via l’équipe du professeur Daigneault) sont multiples: elle aura notamment à mettre l’accent sur le potentiel des métaux stratégiques et des minéraux industriels, et aussi de répondre aux besoins du milieu en matière de développement minéral. De plus, les entreprises régionales se verront mises de l’avant par la promotion de leurs produits et services.

Fonds

Finalement, à l’instar d’autres régions du Québec, un fonds d’exploration minière autochtone verra le jour. La gouvernance de l’instance régionale minière sera partagée entre les intervenants représentatifs de différents milieux socio-économiques, gouvernementaux et industriels.

Résultant du travail rigoureux du groupe de travail spécifique issu du Sommet économique régional tenu en 2015, la principale recommandation qui comptait définir le secteur minier comme priorité régionale de développement se voit concrétisée par l’octroi de montants qui totaliseront 685 800$ en trois ans par le FARR via la Stratégie gouvernementale 2018-2022. Une importante dimension vise un partenariat avec les Pekuakmiulnuatsh et les enjeux qui les touchent. Un partenariat de formation avec le Centre des Premières Nations Nikanite de l’UQAC est aussi dans l’air.

Un potentiel à développer    

Les métaux de la niche que souhaite développer la Table régionale de concertation minière sont en partie connus: c’est le cas du gisement de niobium opéré par la mine Niobec. Mais les découvertes et récentes annonces d’Arianne phosphate et de Métaux BlackRock font office de prémices à une plus grande valorisation de la richesse minérale de la région.

«Il s’agit essentiellement de favoriser les conditions gagnantes pour faire émerger le créneau prometteur de l’exploitation minière des terres rares, de plus en plus exigée par l’industrie numérique» précise le député de Dubuc, Serge Simard.

Le revampement de la carte routière minérale, outil déjà développé par le CERM, et l’acquisition de connaissances géophysiques sur le terrain font partie des mandats qu’aura la Table dans les prochains mois. La mise en valeur de l’offre équipementière régionale dans le secteur minier fait aussi partie des défis à relever qui ont été accueillis avec grand enthousiasme vendredi matin.