Plusieurs projets se sont succédé au fil des années pour l’ancienne usine Agropur de Chambord.

Un autre projet dans l’ancienne usine Agropur

Désaffectée depuis près de 15 ans, l’ancienne usine Agropur de Chambord pourrait se transformer en centre de données ou incubateur d’entreprise numériques.

Un promoteur serait intéressé à acheter le bâtiment principal du complexe qui appartient à Bélanger Métal. Cette entreprise, rappelons-le, utilise actuellement un des hangars pour ses activités de traitement de métaux.

Selon les informations fournies par la municipalité de Chambord, le promoteur voudrait se porter acquéreur de l’usine. Mais il louerait ensuite l’emplacement à une ou d’autres entreprises. Pour faciliter les démarches des gens d’affaires impliqués, la municipalité a d’ailleurs amorcé un changement de zonage pour faire autoriser la présence d’établissements « reliés à la technologie de stockage et de transformation de l’information. » 

Mais l’histoire a montré aux Chambordais qu’il valait mieux attendre avant de se réjouir trop vite. Ces installations ont été convoitées par de grandes entreprises dans le passé, dont Métaux BlackRock. La compagnie minière a finalement choisi Saguenay au détriment de Chambord.

Le projet Biomoss Carbone, évalué à 100 millions $, a aussi suscité de l’espoir dans la localité jeannoise avec la création prévue de 170 emplois. Le dossier ne s’est malheureusement jamais concrétisé. 

En 2010, après plusieurs années de négociation, le projet d’abattoir fédéral multi-espèces est mort. Des obstacles monétaires étaient venus à bout de ce projet de 10 millions $ devant créer 300 emplois.

« On a eu beaucoup de projets, en effet, pour ces installations. Dans ce cas-ci, le promoteur semble sérieux. Et ce que nous voulons, c’est faciliter les démarches », précise le maire de Chambord, Luc Chiasson, en parlant notamment du changement de zonage. 

Ce dernier préfère ne pas dévoiler l’identité du promoteur, lui laissant le plaisir d’annoncer la bonne nouvelle en temps et lieu. « Pour nous, ce qui est important, c’est de redonner vie à ces installations. Peu importe le nombre d’emplois que ça va créer », commente le maire.