Le marché immobilier est en croissance pour le troisième trimestre de suite à Saguenay.

Troisième hausse consécutive à Saguenay

Le marché immobilier se porte de mieux en mieux à Saguenay. Pour un troisième trimestre consécutif, la Chambre immobilière du Saguenay–Lac-Saint-Jean enregistre une hausse des transactions conclues à l’intérieur du territoire de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Saguenay.

Si le bon état du marché immobilier se remarque dans plusieurs RMR du Québec, alors que quatre des six régions les plus populeuses du Québec ont connu une croissance significative de leurs ventes immobilières pendant le troisième trimestre de 2018, c’est à Saguenay que l’on constate l’augmentation la plus prononcée. Entre juillet et septembre, 267 propriétés ont changé de main, ce qui représente une hausse de 11 % comparativement à la même période en 2017.

Prix médian en hausse

Le prix médian des maisons à Saguenay est lui aussi à la hausse. Il a progressé de 2 % depuis un an pour se situer à 173 750 $.

Tous les secteurs de la région métropolitaine de recensement affichent des hausses du nombre de transactions, à l’exception de Chicoutimi et de Chicoutimi-Nord. Sur la rive nord du Saguenay, le nombre de ventes a légèrement diminué.

Plus de 1500 propriétés étaient à vendre cet été dans la grande région de Saguenay, un nombre lui aussi à la hausse.

Bonne nouvelle

Pour le directeur général de la Chambre immobilière du Saguenay–Lac-Saint-Jean et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec dans la région, Carlos Cordeiro, ces chiffres confirment la renaissance du marché immobilier dans la région, après plusieurs trimestres négatifs.

Cette santé retrouvée du marché immobilier s’observe aussi dans les délais de vente, qui tendent eux aussi à s’améliorer, d’après les chiffres de la chambre immobilière régionale.

« Après deux hausses consécutives, la tendance s’est inversée en ce qui a trait au délai de vente moyen. En moyenne, il fallait 131 jours pour vendre une maison unifamiliale, soit 16 jours de moins qu’au troisième trimestre de 2017 », précise M. Cordeiro, par voie de communiqué.

Ces délais, s’ils tendent à raccourcir, sont encore plus longs que ceux que l’on remarque en moyenne au Québec. Dans la province, il faut 108 jours en moyenne pour qu’une maison unifamiliale change de propriétaire et 114 jours pour vendre une copropriété.