L’économiste et professeur Marc-Urbain Proulx veut que les décideurs régionaux se mobilisent pour réclamer des investissements de la part de Rio Tinto.

Tentative de mobilisation face à Rio Tinto

L’économiste et professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Marc-Urbain Proulx, tente de mobiliser le milieu socio-économique régional afin de réclamer des investissements de la part de Rio Tinto (RT).

Dans une lettre rédigée le 11 janvier, dont Le Quotidien a obtenu copie, celui qui agit également comme directeur du Centre de recherche en développement territorial (CRDT) invite les acteurs-clés du Saguenay-Lac-Saint-Jean à se réunir en vue de l’élaboration d’une déclaration commune sur la situation régionale de l’aluminium. 

Marc-Urbain Proulx, qu’il ne nous a pas été possible de joindre lundi, rappelle que parmi les recommandations formulées lors du forum Pacte Social Aluminium, tenu en septembre 2016, il était question de la « poursuite de la réflexion et de l’action collectives ». Il invite donc ses interlocuteurs à se joindre aux personnalités, décideurs et décideuses qui se réuniront « en toute confidentialité » le 2 février au Salon du recteur de l’UQAC.

Collectif

Marc-Urbain Proulx écrit qu’un collectif lui demande de proposer à la région l’élaboration d’une déclaration commune au sujet des intérêts supérieurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette démarche est justifiée par deux éléments, selon l’économiste.

« Le marché de l’aluminium est actuellement très bon, tandis que Rio Tinto bénéficie des meilleurs coûts de revient de l’industrie pour son énergie renouvelable autoproduite. La région est en droit de croire que son bassin hydrographique s’avère insuffisamment mis en valeur pour la population et les entreprises régionale », écrit-il.

Marc-Urbain Proulx ajoute que dans la foulée du récent Symposium Aluminium, l’offre de RT à la région est « très décevante ».

« De l’avis général, elle serait bien en dessous des attentes associées à l’entente de 2006 signée avec Alcan. Les acteurs se retrouvent isolés et sans voix », poursuit le professeur.

Il précise qu’après la confirmation de présence, une proposition de déclaration commune sera acheminée aux destinataires de la lettre « pour lecture préalable avant commentaires et discussions ».