Contenu commandité
Tarifs sur l'aluminium: une victoire, mais un optimisme prudent
Tarifs sur l'aluminium: une victoire, mais un optimisme prudent
Sylvain Gaudreault s’interroge sur la question des seuils de 105 % imposés par les États-Unis.
Sylvain Gaudreault s’interroge sur la question des seuils de 105 % imposés par les États-Unis.

Sylvain Gaudreault a encore des questions

Jonathan Hudon
Jonathan Hudon
Le Quotidien
Sylvain Gaudreault se réjouit de ce revirement de situation qui offre un nouveau répit à l’industrie de l’aluminium, mais le député de Jonquière pour le Parti québécois a déjà amorcé les discussions pour obtenir des réponses sur des éléments précis.

D’ici la fin de l’année, les cargaisons d’aluminium brut en provenance du Canada ne doivent pas dépasser le seuil de 105 % du volume attendu, sans quoi les États-Unis vont répliquer en imposant un tarif de 10 %.

«Je veux m’assurer qu’on n’est pas en train de se lier les mains pour le futur, a soulevé Sylvain Gaudreault en entrevue téléphonique. On a des gros projets de production supplémentaire d’aluminium au Saguenay-Lac-Saint-Jean, que ce soit AP60 et éventuellement le projet Elysis et sa production d’aluminium sans carbone. Si on s’engage dans des seuils, on se met le bras dans le tordeur. Il faut éclaircir ce point. Je suis content à court terme, mais il reste encore des points d’interrogation. »

En plein coeur de la course à la chefferie du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, qui est l’un des candidats en lice, assure que le dossier de l’aluminium en sera un prioritaire pour lui et son parti à l’Assemblée nationale, dont les travaux ont repris mardi.

«Il y a encore des questions pour lesquelles je n’ai pas de réponses, a répété M. Gaudreault. Si M. Trump était réélu (en novembre), ça ne serait pas une bonne nouvelle. C’est pour cette raison qu’il faut être encore plus vigilant.»