Le président-directeur général de Sparta Manufacturing, Bruno Lagacé, et le directeur de Sparta Industriel, Régent Pelletier, ont serré avec plaisir la main du maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay.

Sparta Industriel recherche des travailleurs

Lancée officiellement mardi soir, l’entreprise Sparta Industriel de Saint-Honoré pourrait facilement engager dix employés additionnels si elle pouvait trouver les candidats qualifiés.

Le lancement s’est fait dans les locaux de l’entreprise sur la rue des Artisans. Plus tôt cette année, le Groupe Industriel LB a été racheté par Sparta Manufacturing, une compagnie située au Nouveau-Brunswick, dans le cadre d’un investissement d’environ 1,5 M $. L’entreprise s’est associée à Régent Pelletier, qui est le directeur de la nouvelle entité nommée Sparta Industriel.

« On a plusieurs emplois de qualité disponibles. Notre problème, c’est de trouver des gens. Je pourrais engager dix personnes de plus », a raconté au Quotidien M. Pelletier. Il recherche notamment des mécaniciens de chantier, des soudeurs, des chargés de projet et des ingénieurs.

Pour l’instant, environ 30 personnes sont à l’emploi de l’entreprise. Au moment du rachat, une vingtaine de personnes y œuvraient.

« On fait beaucoup de fabrication sur mesure pour l’usine de transformation de Niobec », a poursuivi M. Pelletier.

De plus, la branche honorienne travaillera à étendre l’expertise de Sparta Manufacturing au Québec. « On fabrique des équipements de recyclage qu’on distribue partout en Amérique du Nord. Et on utilise les services de Sparta Industriel qui fait l’installation de ces équipements-là », a expliqué Bruno Lagacé, président-directeur général de Sparta Manufacturing.

« On travaillait déjà avec la compagnie ici, Groupe Industriel LB et j’avais développé une connivence avec Régent. On s’entendait très bien et on faisait des projets ensemble. Donc, lorsqu’on a vu que la compagnie avait peut-être besoin d’un nouveau souffle, on a rêvé à comment on pourrait le faire et on a mis le plan en marche », a poursuivi M. Lagacé.

Régent Pelletier s’était autrefois fait connaître à la barre du Centre de réalisation d’outils innovateurs (CROI), qui avait notamment réalisé la transformation des wagons du train de Charlevoix qui reliait La Malbaie à Québec. Malheureusement, l’entreprise a dû fermer en 2013 à la suite d’une faillite. En 2010, le CROI avait même reçu le titre d’entreprise de l’année de la part de la Chambre de commerce de Saguenay. « J’ai la chance d’avoir des gens qui croient en moi, pour me dire “Tu as acquis une expérience, tu as eu des difficultés, cette expérience-là, fais nous en bénéficier pour ne pas la répéter dans le futur”. Ce que ça amène, c’est de la prudence, une meilleure structure opérationnelle et une meilleure structure financière pour ne pas répéter le passé et être plus fort pour l’avenir », a admis avec humilité l’homme d’affaires.

Également sur place lors du lancement, le maire de Saint-Honoré a confirmé une subvention de 49 800 $ sur cinq ans venant du fonds d’aide financière de Développement Saint-Honoré. « On travaille dans le développement depuis longtemps. Et quand on réussit à garder des entreprises comme celle-là, c’est intéressant pour la ville », a-t-il affirmé.