Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Services Québec orientera ses services au Saguenay-Lac-Saint-Jean vers l’aide aux personnes et entreprises affectées par la pandémie et les enjeux régionaux de l’emploi.
Services Québec orientera ses services au Saguenay-Lac-Saint-Jean vers l’aide aux personnes et entreprises affectées par la pandémie et les enjeux régionaux de l’emploi.

Services Québec: une aide orientée en fonction des impacts régionaux de la pandémie

Myriam Gauthier
Myriam Gauthier
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Services Québec orientera son aide pour la prochaine année vers les services aux personnes et entreprises qui ont été affectées par la pandémie afin de répondre aux enjeux de l’emploi observés au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le soutien aux personnes touchées par la crise sanitaire, la requalification et le rehaussement des compétences de la main-d’œuvre ainsi que l’appui aux entreprises qui font face à des enjeux de productivité ou encore de santé psychologique chez leurs travailleurs sont les trois priorités qui orienteront l’offre de Services Québec.

Ces priorités régionales ont été établies par le Conseil régional des partenaires du marché du travail (CRPMT) du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Chaque année, l’organisation qui rassemble 25 membres issus du milieu des affaires, communautaire, gouvernemental ou encore de l’éducation évalue les enjeux régionaux de l’emploi.

Les axes d’action identifiés servent actuellement à élaborer un plan d’action régional. La présidente du CRPMT, Sandra Rossignol, a présenté le fruit du travail du comité, jeudi, lors d’un événement en ligne consacré aux perspectives économiques organisé par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, organisation dont elle est également directrice générale.

« C’est important, parce que, vraiment, ça définit les actions de tout Services Québec », a-t-elle souligné lors de l’événement qui a rassemblé quelque 160 participants. La pandémie a d’ailleurs amené le comité à se réunir plus fréquemment qu’à l’habitude, durant la dernière année.

Projets en développement

Les enjeux identifiés permettent de développer des projets avec différents partenaires du milieu. Ces projets seront annoncés dans les prochains mois, a indiqué Lison Rhéaume, directrice régionale de Services Québec, en entrevue après l’événement.

« Par exemple, on travaille actuellement en collaboration avec un partenaire pour favoriser le virage numérique, a-t-elle mentionné. On travaille avec un autre partenaire en regard d’un projet lié au télétravail. »

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Services Québec dispose d’une enveloppe annuelle d’environ 30 M$, dont l’utilisation varie selon les besoins. Cette année, 34 M$ sont sur la table en raison des impacts de la pandémie.

Les projets en développement s’ajouteront aux services déjà adaptés en raison de la crise dans les bureaux régionaux de l’organisation qui représente la porte d’entrée des services gouvernementaux pour les citoyens et entreprises sur le territoire

Formation et requalification pour combler la pénurie

La formation et la requalification demeurent un enjeu important dans la région et ailleurs dans la province, souligne la directrice régionale, alors que la pénurie de main-d’œuvre frappe durement certains secteurs. Parallèlement, plusieurs travailleurs se trouvent toujours sans emploi, dans le domaine de la restauration, de l’hôtellerie ou du tourisme, par exemple.

Elle invite les personnes sans emploi à contacter Services Québec pour s’informer sur le Programme d’aide à la relance par l’augmentation de la formation (PARAF), une mesure qui offre 500 $ par semaine pour suivre une formation permettant de travailler dans un secteur touché par la pénurie de main-d’œuvre.

+

DES BESOINS EN MAIN-D’ŒUVRE SPÉCIALISÉE

Roger Tremblay, sous-ministre associé d’Emploi-Québec, a d’ailleurs souligné lors de la conférence de jeudi que le virage technologique avait accentué les besoins en main-d’œuvre spécialisée.

« On constate une croissance absolue, en chiffres nets, des emplois qui requièrent des formations de niveau collégial et universitaire, donc des emplois plus spécialisés au détriment des emplois non spécialisés », a souligné le sous-ministre originaire de La Baie. Il s’est également montré préoccupé par les impacts qu’aura la crise sur la jeune génération.

M. Tremblay a souligné la reprise rapide de l’emploi au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans cette crise sanitaire, une situation qu’il a qualifiée de première, depuis les dernières récessions qui ont touché la région.