Services professionnels: choisir les firmes régionales, un réflexe à développer

Encourager l’économie locale passe également par le recours à des firmes de services professionnels installées en région, un réflexe qui demeure à développer chez nos dirigeants et entreprises, estime Simon Lafrance, président-directeur général de la firme saguenéenne Strategeum.

L’entrepreneur qui a fondé son entreprise au Saguenay-Lac-Saint-Jean il y a une dizaine d’années fait partie du Regroupement des firmes de services professionnels indépendantes, qui souhaite positionner les firmes québécoises dans le cadre de la relance économique. Le regroupement lancé à la mi-mai rassemble aujourd’hui plus de 175 signataires dans la province.

« Tout le monde dans le cadre d’un projet d’affaires a besoin à un moment donné d’être conseillé au niveau de sa stratégie. Tout le monde a besoin à un moment donné d’un comptable. […] Il y a de l’expertise solide qui existe. Ce n’est pas une question de favoritisme national », expose le cofondateur de la firme-conseil en stratégie pour dirigeants.

Des firmes de comptabilité, en design et production numérique, en conception de systèmes informatiques, en relations publiques ou encore de services juridiques ont rejoint l’initiative.

Ces firmes indépendantes, qui sont parfois en compétition dans certains dossiers, ont choisi de s’allier afin de sensibiliser les dirigeants, les institutions et les investisseurs qui ont souvent le réflexe de se tourner vers des joueurs internationaux, souligne Simon Lafrance.

« J’invite les entreprises et les investisseurs québécois à essayer de solliciter des firmes qui sont d’ici. Le mieux qui va arriver, c’est qu’ils vont être surpris et ça va leur tenter d’essayer. Puis souvent l’essayer, c’est l’adopter », exprime-t-il, ajoutant que le but n’est pas d’éliminer la compétition, mais de susciter la réflexion.

Il estime que les nouveaux clients y trouveront une économie de coûts, des services de qualité et profiteront de la connaissance du milieu local et régional développée par les firmes.

Quelques entreprises de services professionnels basées dans la région, en plus de Strategeum, font partie des cosignataires. On y retrouve notamment Trigone, firme-conseil en amélioration de la performance, dont le siège social est situé à Chicoutimi, ainsi qu’Alia Conseil, spécialisée en formation et en développement organisationnel, qui possède un bureau à Saguenay. De plus grands joueurs y figurent également, comme la société comptable Mallette, qui possède des bureaux régionaux.

Pour devenir signataire de l’initiative, les entreprises de services professionnels doivent être de propriété québécoise à 51% et la firme doit avoir un minimum de 10 employés à charge. Le président-directeur général ou l’associé principal doit déposer la demande d’adhésion.

+

LES FIRMES DOIVENT AUSSI FAIRE CONNAÎTRE LEURS SERVICES

Les firmes de services professionnels doivent pour leur part apprendre à mieux faire connaître les services qu’elles peuvent proposer à leur communauté, souligne le cofondateur de Strategeum.

Simon Lafrance, président-directeur général de l’entreprise saguenéenne et associé avec Philippe Brisson, a en lui-même pris conscience après que sa firme ait développé ses services en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient ou encore en Amérique du Sud. L’entreprise fondée à Saguenay compte aujourd’hui une vingtaine d’employés, principalement basés au Québec.

« Quand on parle de grandes firmes internationales, par exemple de comptabilité, le fait qu’elles soient partout sur la planète, c’est d’intérêt, par exemple, pour une entreprise d’un certain niveau qui est au Saguenay, soulève-t-il. Mais, moi qui étais au Saguenay, quand je disais que je travaillais à l’international, c’est comme si tout d’un coup je ne devenais plus accessible. »

Il a dû revoir son approche il y a quelques années afin de faire connaître ses services et l’expertise de sa firme pour faire grandir sa clientèle au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Son approche, basée sur l’analyse de données pour accompagner les dirigeants, peut autant profiter à un client régional qu’international, donne-t-il en exemple.

L’expertise des firmes régionales et québécoises développée à l’extérieur doit plutôt être vue et présentée comme un atout. « La crédibilité qu’on développe ailleurs, elle nous sert ici aussi, une fois que vous nous embauchez. »