Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard déplorent que les bureaux de Service Canada au Saguenay-Lac-Saint-Jean soient encore fermés.
Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard déplorent que les bureaux de Service Canada au Saguenay-Lac-Saint-Jean soient encore fermés.

Service Canada: Brunelle-Duceppe et Simard s'impatientent

Les députés bloquistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean dénoncent l’incohérence du gouvernement fédéral qui a décidé de rouvrir les bureaux de Service Canada près des grands centres, mais pas dans la région.

Alors que le territoire saguenéen et jeannois ne compte que quelques cas actifs, les bureaux de Chicoutimi, Alma, Dolbeau-Mistassini et Roberval demeurent fermés. Les points de service de Montréal Centre-ville, la Cité-Limoilou et de Gatineau sont quant à eux ouverts.

La situation irrite les députés bloquistes de la région, qui dénoncent pour une troisième fois « l’improvisation » du gouvernement fédéral dans ce dossier. « De mon côté, le territoire est gigantesque et on a trois bureaux de Service Canada. Voulez-vous bien m’expliquer comment ça se fait qu’aucun de ces bureaux-là ne soit ouvert alors que la pandémie nous touche beaucoup moins? S’il y a une bonne raison, qu’on nous la fournisse, mais pour l’instant cette décision est révoltante, car tous les jours des gens viennent et nous devons leur expliquer que c’est fermé », a dénoncé le député bloquiste dans Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe.

Son collègue dans Jonquière, Mario Simard, va plus loin en accusant le gouvernement fédéral de faire de la partisanerie au détriment des citoyens. « Cette décision est d’une vacuité intellectuelle sans précédent. En fait, c’est si incompréhensible qu’on se demande s’il ne s’agit pas de récompenser des circonscriptions qui ont voté pour eux, parce que, curieusement, ça tombe dans les leurs ! », a pointé Mario Simard.

Depuis le début de la pandémie, les députés du Bloc québécois reçoivent des appels de citoyens incapables d’obtenir du soutien de Service Canada, malgré les nombreuses heures passées à tenter de les joindre par téléphone. Ils rappellent également que certaines personnes n’ont tout simplement pas accès à Internet ou sont moins à l’aise avec son utilisation.