Sefar BDH investira 2 millions $ dans ces installations de Chicoutimi, confirme le directeur général, Yves Tremblay.
Sefar BDH investira 2 millions $ dans ces installations de Chicoutimi, confirme le directeur général, Yves Tremblay.

Sefar BDH investit 2 M$ pour son virage 4.0

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Chef de file mondial dans la fabrication de filtres pour le secteur minier, Sefar BDH de Saguenay prend de l’expansion.

L’entreprise fondée il y a près de 30 ans par deux Saguenéens, qui a rejoint les rangs de la multinationale suisse Sefar en 2006, s’apprête à investir 2 millions $ pour l’agrandissement de ses installations et l’achat d’équipements. Des investissements qui permettront à l’entreprise située à Chicoutimi de prendre un véritable virage 4.0 et ainsi augmenter de 25 % sa capacité de production.

Sefar BDH fabrique des filtres pour le milieu industriel et est reconnue pour son produit filtrant à haute valeur ajoutée, conçu en partie d’aluminium.

Et Sefar BDH en a bien besoin, en raison de la forte croissance de la demande pour le traitement des résidus miniers.

« On le voit avec l’Usine Vaudreuil de Rio Tinto. Le lac de boues est remplacé par une usine de filtration des traitements des boues. Cet exemple représente bien ce qui se passe au niveau mondial. Des lacs de boues, ça n’existera plus. Toutes les entreprises gèrent maintenant leurs résidus miniers de façon différente, de manière plus écologique. Elles utilisent des équipements de filtration et nous, on fournit les filtres », résume Yves Tremblay, directeur général de Sefar BDH.

Une quarantaine de personnes, dont des couturières, travaillent à l’usine de Chicoutimi. Ils fabriquent des filtres qui sont utilisés un peu partout dans le monde, de l’Australie aux Etats-Unis, en passant par la Hollande et la Jamaïque.

L’entreprise de Chicoutimi fait maintenant partie d’une multinationale, mais l’expertise est bien saguenéenne. Cette filiale est demeurée le centre de compétences pour le secteur minier de tout le groupe. Un chercheur travaille à l’extérieur, et ce, depuis les tout débuts, pour la recherche et le développement de produits à haute valeur ajoutée. Sefar BDH possède d’ailleurs un brevet pour un filtre fabriqué à partir notamment d’aluminium et qui est résistant aux hautes températures.

« On a une spécialité en mine et c’était déjà notre spécialité avant l’acquisition de Sefar. Nous sommes la seule dédiée au minéral, un marché en pleine croissance », pointe M. Tremblay.

Avec un virage 4.0, l’entreprise pourra considérablement augmenter sa production, tout en conservant le même bassin de travailleurs.

Une quarantaine de personnes travaillent à l’usine située sur la rue Clément Gilbert. L’entreprise exporte 30% de sa production à l’international, dont la Malaisie, l’Australie, l’Angleterre, les États-Unis, la Chine et la Jamaïque.

L’investissement permettra à Sefar BDH de consolider ses emplois à Saguenay. Un nouveau bâtiment sera construit et une réorganisation complète de la ligne de production sera effectuée. L’entreprise pourra compter sur de nouvelles technologies, parmi lesquelles on retrouve un logiciel de gestion d’opérations manufacturière (ERP), pour augmenter la productivité.

Filtre pour masque

Sefar BDH, rappelons-le, fait partie d’un groupe d’entreprises qui ont conçu un masque N95 qui sera fabriqué entièrement au Québec. Le projet est né pendant la pandémie et il est toujours en attente de la certification de Santé Canada. « On a été approché par d’autres partenaires et le projet a été rapidement mis en place. Les filtres, c’est notre spécialité», rappelle M. Tremblay, en parlant du projet qui a fait les manchettes en juin dernier. Les composantes du masque, qui sera réutilisable et adapté au milieu de santé, seront fabriquées au Québec dans différentes entreprises. Les filtres seront toutefois faits à Saguenay.