Garney B. Scott, président et chef de la direction de Scepter, et Gervais Jacques, directeur exécutif, Rio Tinto Aluminium, Opérations–Atlantique, ont fait part de la nouvelle entente intervenue pour la poursuite du recyclage des écumes d’aluminium.

Scepter et Rio Tinto s’entendent

Rio Tinto (RT) et Scepter poursuivront leur partenariat d’affaires pour les dix prochaines années en matière de recyclage des résidus d’aluminium provenant des usines de production primaire.

L’entente de 60 M$ a été annoncée jeudi par Gervais Jacques, directeur exécutif, Opérations – Atlantique, et Garney B. Scott, président et chef de la direction de Scepter, de passage au Saguenay.

L’usine de Scepter, implantée sur le chemin de la Réserve, à Chicoutimi, traite les écumes résiduelles d’aluminium avec un procédé à arc plasma unique au monde, a expliqué M. Jacques. Il a profité de l’occasion pour souligner le travail qui avait été accompli à l’époque par les chercheurs du Centre de recherche et de développement Arvida et qui a conduit au développement du procédé.

Chaque année, 24 000 tonnes d’écumes sont recyclées par Scepter, qui récupère 60 % du volume sous forme d’aluminium pour le couler en gueuses et le retourner aux alumineries.

RT, Alcoa Alouette, Sotrem et Sural sont d’autres clients de Scepter à son usine chicoutimienne. Les 40 % de résidus restants, de faible valeur (Noval), sont transformés et utilisés dans la fabrication de ciment et dans la production d’aluminate de calcium pour l’affinage de l’acier.

Pascal Ouellet, directeur aux opérations de Scepter Saguenay, a mentionné que les négociations avec RT ont été longues, puisqu’elles incluaient un investissement de trois millions $ qui sera réalisé pour agrandir l’usine actuelle, de 10 400 pieds carrés, et pour ajouter deux silos destinés à l’entreposage des résidus. « L’agrandissement que nous effectuons vise à optimiser la production, à préparer et à expédier le Noval. Il permettra de diminuer les coûts de manutention, d’optimiser les ventes aux clients et d’améliorer la viabilité de l’usine », a mentionné M. Ouellet.

Ainsi, un emploi devrait être ajouté aux 25 actuels.

Au moment de la conférence de presse, le chantier était désert depuis trois jours en raison de la grève des grutiers. Les travaux, qui ont débuté au début de juin, devraient se poursuivre pendant tout l’automne, en vue d’une mise en service au début de janvier 2019.

Tarifs américains
Vingt-huit jours après l’imposition de nouveaux tarifs américains de 10 % sur l’aluminium, Gervais Jacques a mentionné que RT continue de travailler avec ses clients afin de minimiser les impacts de cette mesure. « On essaie de mobiliser tout le monde puisque tout le monde est inquiet de ce qui va arriver. On essaie de convaincre les gens aux États-Unis que c’est un non-sens. »