Près de 80 employés de la SAQ ont manifesté devant les bureaux de Philippe Couillard à Saint-Félicien. D’autres manifestations se déroulaient ailleurs en province.

SAQ: manifestation au bureau de Couillard

Pour leur deuxième journée de grève, les employés de la Société des alcools du Québec (SAQ) ont manifesté, aux quatre coins de la province, mercredi, dont au Lac-Saint-Jean. Une partie des syndiqués provenant des 14 succursales du Saguenay-Lac-Saint-Jean se sont retrouvés devant les bureaux du premier ministre Philippe Couillard à Saint-Félicien afin de lancer un message clair à la veille du déclenchement des élections.

Les enjeux de négociation restent les mêmes, soit l’horaire de travail des employés réguliers qui pourraient, entre autres, migrer le samedi et le dimanche. L’accès au travail des employés au statut temps partiel qui représente 70 % des employés de la SAQ est également au cœur des revendications.

« Cette deuxième journée de grève se déroule à la veille du déclenchement des élections. Nous interpellons le gouvernement afin qu’il accélère et facilite les mandats de négociation. Cela facilitera la suite des choses et le règlement possible à court terme », a expliqué Engelbert Cottenoir, président du Conseil central des syndicats nationaux (CSN) du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Selon M. Cottenoir, les négociations entre les deux parties sont bloquées. « On a l’impression que par rapport au mandat du comité patronal de négociation, ils ne peuvent pas nécessairement aller plus loin. On demande donc au gouvernement de les amener plus loin », a-t-il ajouté devant les syndiqués.

Près de 80 employés (SEMB — SAQ) s’étaient donné rendez-vous, en milieu de journée mercredi, devant le bureau de celui qui est également le député de Roberval, Philippe Couillard. Les gens présents ont su bien se faire voir et entendre, encouragés, par moments, par les automobilistes. Plus tôt en journée, deux autobus avaient traversé la région en cueillant les syndiqués de ville en ville.

Employé de la SAQ depuis 19 ans, Caroline Quessy surveille de près la situation. Après toutes ces années, l’employée vient, pour la première fois, d’obtenir un horaire de travail de jour et du lundi au vendredi.

« La SAQ veut enlever des heures le mardi et le mercredi pour avoir plus d’employés d’ancienneté les samedis et dimanches. Pourtant, la fin de semaine, il y a des employés à temps partiel qui ont 15 ans d’ancienneté », explique-t-elle.

Advenant un tel changement, l’employée de la succursale de Chicoutimi-Nord est catégorique, elle ne retournera pas travailler les fins de semaine. « À mon âge, je ne veux pas perdre de ma qualité de vie. Je vais probablement aller voir ailleurs », ajoute-t-elle.

Mouvement provincial
La mobilisation de Saint-Félicien n’était pas l’unique en province. Des rassemblements se tenaient devant les bureaux du premier ministre à Montréal, à l’Assemblée nationale ainsi que devant des bureaux des députés libéraux. Au terme du rassemblement de Saint-Félicien, Angelbert Cottenoir prévoyait remettre une lettre au bureau du premier ministre.

Malgré cette journée de grève, trois succursales du Saguenay-Lac-Saint-Jean étaient ouvertes et opérées par des cadres, soit les succursales d’Arvida, du Centre Alma et de Chibougamau.