Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, veut s’allier au conseil de bande de Mashteuiatsh pour fournir un bassin de ressources humaines aux entreprises locales.

Saint-Prime veut s’allier à Mashteuiatsh

Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, a trouvé une piste de solution pour combler le manque de main-d’oeuvre sur son territoire. Il souhaite s’allier avec le conseil de bande de Mashteuiatsh pour former des gens de la communauté qui n’ont pas d’emploi, mais qui voudraient réintégrer le marché du travail.

« Notre jeunesse représente une main-d’oeuvre intéressante. Pourquoi aller piger ailleurs quand on a des ressources ici ? », questionne M. Boivin. 

Les personnes intéressées pourraient ainsi suivre une courte formation afin de se familiariser avec les règles de base comme la ponctualité, l’interaction avec l’employeur et l’esprit d’équipe. 

D’après le maire de Saint-Prime, ce projet pilote a le potentiel de former une dizaine de personnes. 

« Pourquoi aller piger ailleurs quand on a des ressources ici ? »

Lucien Boivin

La Fromagerie Perron intéressée

L’initiative est encore au stade embryonnaire, mais déjà, des entreprises locales, comme la Fromagerie Perron, ont manifesté leur intérêt. 

« On est toujours à la recherche de gens pour fabriquer notre fromage, et tout ce qui est possible de faire pour aller chercher de la main-d’oeuvre, on le fera », assure la responsable des ressources humaines à la Fromagerie Perron, Louise Guay. 

D’après elle, la fromagerie aurait besoin d’engager au moins cinq personnes à temps plein pour accroître sa production.

« Présentement, on a l’opportunité de produire plus de fromage, mais on se retient par manque de main-d’oeuvre », indique Louise Guay.

Un dossier à suivre

Le maire a déjà tenu quelques rencontres avec des représentants du conseil de bande et des entrepreneurs de Saint-Prime. Il se dit optimiste que le projet pilote soit mis en branle. 

Pour sa part, la Première Nation n’a pas voulu confirmer sa volonté à aller de l’avant avec ce programme de formation puisqu’il est encore à l’étude, et cela engendrerait évidemment des coûts. 

À l’écoute de ses citoyens

Le département du développement de la main-d’oeuvre de Mashteuiatsh a par ailleurs soumis un questionnaire aux membres de sa communauté pour connaître leur intérêt à suivre une formation professionnelle ou collégiale. 

Parmi la liste, quatre choix de diplômes d’études professionnelles (DEP), dont ceux de transport par camion et de forage et dynamitage, sont offerts. 

Le conseil de bande propose également deux options d’attestations d’études collégiales (AEC), soit éducation à la petite enfance et éducation spécialisée. 

D’autres formations de plus courte durée sont aussi suggérées. 

Les personnes intéressées doivent faire parvenir le formulaire rempli avant le 16 février.