Des dépenses supplémentaires ont été nécessaires du côté du Lieu d’enfouissement technique d’Hébertville-Station pour le traitement du lixiviat.

RMR du Lac-Saint-Jean: un demi-million de surplus

La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean a connu une bonne année financière 2017. La RMR a réussi à dégager un surplus de 543 706 $ malgré une mauvaise conjoncture dans le monde du recyclage causée par une fermeture du marché chinois.

Le rapport annuel a été déposé mercredi lors d’une séance publique du conseil d’administration qui s’est tenue à la salle du conseil de l’hôtel de ville d’Alma.

« Les membres du conseil d’administration (...) ont pu constater que malgré les difficultés évoquées dans les médias concernant le raffermissement des règles d’importation de la Chine, cela n’avait pas affecté l’équilibre budgétaire de la RMR », est-il écrit dans le communiqué.

Les revenus ont atteint 21,21 M$, en hausse de 7,6 %, et les dépenses ont été de 20,67 M$, en hausse de 4,8 %. Pour arriver à ce bon résultat financier, la RMR vante sa façon de fonctionner. « Le modèle de la RMR, d’être propriétaire exploitant de ses plans d’opération, permet un meilleur contrôle budgétaire et favorise l’équilibre. Par ailleurs, l’excédent budgétaire du présent exercice sera réinvesti à des fins d’amélioration dans les divers plans d’opération, ce qui permettra dans le futur d’être prêt à affronter les prochaines crises sans en demander davantage aux citoyens », est-il également indiqué.

Les revenus

Du côté de la récupération, la variation du prix pour le carton (une augmentation de 26 $ la tonne), combinée à la qualité du tri, aura permis à la RMR de soutenir ses opérations et d’écouler les matières sur les marchés nationaux. 

Quant aux écocentres, la plus grande variation est justifiée par la vente des métaux ferreux dont le prix est passé à une moyenne réelle de 107 $ la tonne. De plus, les visites ont augmenté pour une huitième année consécutive, passant à 164 901, comparativement à 156 148 en 2016. Finalement, les revenus concernant l’enfouissement ont aussi connu une hausse. D’abord en raison du tonnage des industries, commerces et institutions du Lac-Saint-Jean qui a augmenté d’environ 2200 tonnes par rapport aux prévisions. D’autre part, l’arrivée de 3341 tonnes supplémentaires en provenance du Saguenay a fait augmenter les revenus de l’enfouissement, fait part également le communiqué.

Les dépenses

Du côté du centre de tri, une augmentation de 5,5 % s’explique par le temps supplémentaire des trieurs qui ont dû travailler un plus grand nombre d’heures. 

Quant au Lieu d’enfouissement technique (LET) d’Hébertville-Station, les facteurs qui ont favorisé une hausse touchent le traitement du lixiviat avec des dépenses supplémentaires en lien avec son traitement à l’externe, l’achat de produits chimiques ainsi que des frais professionnels et techniques qui ont été plus élevés. Finalement, l’arrivée de tonnage supplémentaire en provenance du Saguenay a également fait légèrement grimper les frais de fermeture et de post-fermeture.