Depuis l’ouverture du chantier en mars dernier, les travailleurs de la construction ont cumulé 108 000 heures de travail sur les 450 000 nécessaires à la réalisation globale du projet.

Rio Tinto: l’usine de filtration des boues prend forme

Les travaux de construction de la nouvelle usine de filtration des résidus de boues rouges produits par l’Usine Vaudreuil vont bon train. Quelque 120 travailleurs sont à pied d’œuvre afin de fermer le bâtiment principal avant Noël.

Le chantier ouvert en mars dernier s’inscrit dans la phase 1 du projet Vaudreuil 2022 visant à optimiser le site actuel d’entreposage des boues rouges, en activité depuis 1936, afin de prolonger son utilisation jusqu’en 2030 par un rehaussement de 30 mètres en son centre, a expliqué Tony Wieczorek, directeur de projet.

La nouvelle usine aura pour fonction de recevoir les boues rouges, comprenant 48 % de matières solides, pour en extraire l’humidité et élever ce même taux aux environs de 70 %, par un procédé de pressage de conception européenne.

Les boues rendues plus solides sont ainsi plus faciles à entreposer et occupent moins d’espace. « On exécute cette opération de séchage des boues en 17 minutes par rapport aux trois années qu’il nous fallait pour atteindre le même taux d’humidité », a indiqué M. Wieczorek.

Tony Wieczorek, directeur du projet Vaudreuil 2022, phase 1, affrime que tous les entrepreneurs présents sont originaires de la région. 
 Photo: Jeannot Levesque

Actuellement, le projet de construction est complété à 51 % avec des engagements financiers de 95 M$ sur les 250 M$ nécessaires à sa réalisation. Les travaux de montage d’acier sont pratiquement terminés. Il reste à fermer le bâtiment avec la pose de 3827 mètres carrés de revêtement extérieur tout en complétant les coulées de béton de l’aire d’entreposage.

La pointe des travaux devrait être atteinte le printemps prochain alors que 240 travailleurs seront à l’œuvre pour l’installation des équipements de filtration provenant d’Italie.

« Il n’y a pas de fournisseur au Canada pour le traitement des résidus de bauxite. Ils ne sont que quelques-uns au monde », a-t-il affirmé. Selon lui, l’usine en construction n’est pas la seule qui sera en service dans le monde.

Outre le bâtiment principal, un convoyeur fermé de 800 mètres de longueur sera assemblé pour diriger les boues déshydratées vers le site d’entreposage.

C’est ce qui explique pourquoi Rio Tinto a procédé au rehaussement d’une hauteur de trois mètres une partie de la rue Drake, sur 120 mètres, afin d’aménager un tunnel dans lequel passera le convoyeur.