Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La multinationale avait entre autres financé, il y a quelques années, la construction du Pavillon de la culture des peuples autochtones Rio Tinto, à l’UQAC.
La multinationale avait entre autres financé, il y a quelques années, la construction du Pavillon de la culture des peuples autochtones Rio Tinto, à l’UQAC.

Rio Tinto et Mashteuiatsh: un partenariat de longue date

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Aucun représentant de Rio Tinto ne prenait part au panel sur les partenariats d’affaires entre la communauté ilnue et le milieu régional, organisé par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, jeudi dernier. N’empêche, la multinationale occupe une place importante à Mashteuiatsh, autant par le biais d’appels d’offres, de rencontres formelles que d’activités de maillage.

Il y a déjà quelques années qu’un mécanisme systématique dans les appels d’offres de Rio Tinto vient encourager la participation d’entreprises et d’employés autochtones. Toujours dans le but de développer « ses relations d’affaires avec la communauté » et de « contribuer à un développement socioéconomique durable », selon une porte-parole.

Cette collaboration, qui remonte aux années 2000, n’est pas sans entraîner d’importantes retombées économiques à Mashteuiatsh, explique Stacy Bossum, conseiller élu dans la communauté, responsable de l’économie et des relations avec les grandes entreprises.

« On essaie de s’impliquer le plus possible, voir s’il y a des entreprises de la communauté qui cadreraient dans les appels d’offres. Il peut y avoir des retombées au niveau de l’employabilité principalement. »

Mais le partenariat avec Rio Tinto ne touche pas que le volet économique, alors que sont parfois tenues des activités de maillage, sur le transport et l’ingénierie par exemple, ou encore des rencontres formelles.

Comme celles du comité de relations d’affaires qui, chaque trimestre, réunit des membres de l’équipe du développement économique de Rio Tinto, de l’ingénierie et des approvisionnements, avec la Société de développement économique Ilnu (SDEI) et le secrétariat du Conseil.

« Pour l’instant, on a une entente de partenariat qui supporte surtout le volet économique. C’est une contribution qui nous est faite, mais il y a également toute leur implication au niveau de la communauté avec Puakuteu (Comité de femmes de Mashteuiatsh), également avec le Projet d’accompagnement scolaire et social (PASS) », soutient le conseiller élu.

La remise en 2019 d’une bourse de démarrage à cinq entrepreneures autochtones afin de permettre la poursuite de leur projet d’affaires respectif, dans le cadre du Camp entrepreneurial au féminin, est un bon exemple de cette implication de Rio Tinto.

Tout comme sa contribution financière pour soutenir le projet Jeunesse entrepreneuriale, réalisée avec les deux écoles de Mashteuiatsh, qui visait à y promouvoir l’entrepreneuriat et la relève chez les jeunes.

Dans le cadre de son Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean, Rio Tinto a également réalisé un projet avec la communauté de Mashteuiatsh pour optimiser ses retombées économiques et y développer l’expertise locale, pour des travaux de réfection d’un mur de soutènement sur son territoire.