Le papier surcalandré, que produisent les usines de Kénogami (photo) et Dolbeau, sera dorénavant exempt de taxes aux douanes américaines.

Résolu récupérera 60 M$ US

La papetière Résolu va récupérer dans les prochaines heures les 60 M$ US déposés depuis 2015 au Département du commerce américain, découlant de la surtaxe sur les exportations canadiennes de papier surcalandré au sud de la frontière, au lendemain de la décision de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) favorable au Canada dans ce litige.

À partir de maintenant, chaque tonne de papier surcalandré exportée aux États-Unis sera libre de taxe. Les travailleurs des usines de Dolbeau et Kénogami peuvent de leur côté pousser un soupir de soulagement puisque les Américains ont décidé de se plier à la décision de l’Organisation mondiale du commerce.

En 2015, le Département américain du commerce a imposé une taxe sur les importations de papier surcalandré du Canada produit par Résolu, Irving et Port Hawkesbury Paper et Catalyst Paper. La plainte avait été déposée par les papetières américaines Verso Paper et Madison. Le prétexte soulevé avait été la relance de l’usine de papier de Port Hawkesbury, qui avait à l’époque provoqué la fermeture de la papeterie Laurentides de Résolu dans la Mauricie. Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse avait accordé une importante subvention pour relancer les opérations dans cette usine fermée après une faillite.

«Cette décision vient confirmer ce que nous avons toujours prétendu pour les opérations de nos usines à l’effet qu’il n’y avait pas de subvention. Nous sommes vraiment satisfaits de la décision de l’OMC, commente le directeur principal des affaires publiques et relations gouvernementales chez Résolu, Karl Blackburn. Cette situation avait fait en sorte de fragiliser les usines de Kénogami et Dolbeau dans le marché du papier surcalandré. Ça signifiait une augmentation des coûts de production sans savoir si la situation allait durer longtemps et surtout sans certitude d’une décision finale favorable, même si nos analyses démontraient que nous n’avions pas bénéficié de subvention.»

Le directeur principal des affaires publiques et relations gouvernementales chez Résolu, Karl Blackburn.

Pour les usines québécoises, les Américains prétendaient que des subventions avaient été accordées pour la production de pâte kraft (usine de Saint-Félicien). Résolu utilise une petite quantité de pâte kraft dans ses recettes de papier des deux usines visées et a malgré tout été dans l’obligation de verser la surtaxe.

Une entente est intervenue dans cette affaire il y a quelques semaines. Selon Karl Blackburn, cette entente stipule que les papetières Irving et Port Hawkesbury versent 40 M$ aux papetières américaines à l’origine de la plainte Verso Paper (Madison a fermé ses portes), advenant que les compagnies canadiennes puissent récupérer les sommes déposées au Département américain du commerce.

Les dirigeants de Résolu sont tout de même prudents quant à la suite des choses. Ils n’ont encore reçu aucun document du gouvernement américain les informant des gestes que le Département du commerce posera dans les prochains jours.

Le gouvernement du Québec assimile cette victoire devant l’OMC à une victoire québécoise et canadienne sur l’administration américaine. Le communiqué du gouvernement du Québec a été publié avant que le Département du commerce américain ne fasse connaître sa position après le verdict de l’OMC. «Produits forestiers Résolu est le seul exportateur de papier surcalandré au Québec, et les tarifs imposés par le Département américain du commerce menaçaient la rentabilité de ses usines situées à Dolbeau et à Kénogami. Cette décision est extrêmement importante pour notre industrie forestière, puisqu’elle démontre que nous sommes capables de confronter le protectionnisme. Nous demeurons très actifs dans ce dossier et nous poursuivons nos efforts, de concert avec l’industrie et le fédéral, pour que l’administration américaine cesse d’imposer ces droits compensateurs injustes et inexplicables», a déclaré dans un communiqué Dominique Anglade, vice-première ministre, et ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation.

Son collègue titulaire des Forêts, Luc Blanchette, a aussi salué cette victoire pour l’industrie forestière québécoise. «La décision rendue aujourd’hui est une véritable victoire pour le Québec et pour l’industrie. C’est un signe clair que nos usines de papier surcalandré de Kénogami et de Dolbeau ont subi une surtaxe indue de la part du département américain du commerce. Il est maintenant impératif de tout mettre en œuvre pour régler ce différend pour les travailleurs, les familles, les communautés et les membres de la filière forestière qui subissent les effets de cette surtaxe», a-t-il laissé savoir.