Résolu poursuit sur sa lancée

La papetière Résolu poursuit sur sa lancée malgré une chute importante du prix du bois d’œuvre, après un sommet historique. Le secteur de la pâte commerciale est en progression constante, propulsé par des mouvements dans la propriété des usines sous l’effet des acquisitions de compagnies chinoises.

La situation de l’entreprise permet à la direction d’annoncer le versement d’un dividende exceptionnel de 1,50 $ par action ordinaire à ses actionnaires, pour la première fois depuis la restructuration financière en 2011. Le grand patron de la société, Yves Laflamme, est particulièrement fier de la façon dont l’entreprise a investi les profits générés par l’exploitation des usines.

« Depuis 2011, nous avons réinvesti la somme de 3,1 M$ dans l’entreprise. On parle de 53 % de ce montant qui a été engagé dans nos différents projets de croissance, modernisation ou acquisition. Les engagements que nous avons respectés envers les régimes de retraite ont représenté 37 % de cette somme et finalement, 9 % a été retourné aux actionnaires. Il était important pour nous de remettre un dividende exceptionnel, puisque plusieurs de nos actionnaires sont avec nous depuis la restructuration », a résumé Yves Laflamme.

Les résultats du troisième trimestre de 2018 traduisent assez bien le plan d’affaires de Résolu, qui maintient une triple stratégie avec la production de pâte kraft, les produis du bois et les papiers tissu. Résolu maintient ses opérations dans le domaine du papier, tout en gérant la décroissance qui se poursuit avec une baisse de 12 %. Yves Laflamme rappelle qu’il y a eu, l’an dernier, une fermeture de capacité de production d’un million de tonnes qui n’a pas touché le Québec.

Pour le secteur de la pâte commerciale, Yves Laflamme explique que les activités des entreprises chinoises aux États-Unis ont été favorables pour Résolu. Ces activités sont combinées à la décision des Chinois de diminuer significativement l’importation de papier recyclé, ce qui a un effet sur la demande de pâte. Les entreprises chinoises ont ainsi procédé à l’acquisition d’usines aux États-Unis qu’elles vont convertir pour la production de produits différents, laissant ainsi des parts de marché disponibles pour la pâte commerciale.

Les résultats intéressants pour le secteur de la pâte se confirment alors que l’entreprise procède à des travaux dans ses usines, dont celle de Saint-Félicien. Le patron de Résolu a expliqué que la planification des différents arrêts avait été faite de façon à bien répondre aux commandes de la clientèle.

Les prix records du bois d’œuvre sont maintenant derrière les producteurs. Résolu a grandement bénéficié de ce marché, mais doit aujourd’hui s’ajuster à la situation qui prévaut aux États-Unis : « On pourrait très bien se tirer d’affaire avec 1,4 million de mises en chantier, et nous sommes à 1,2 million. Nous avons eu une situation exceptionnelle avec les feux de la Colombie-Britannique et le manque de wagons pour le transport de leur bois vers le marché américain. La situation est revenue à la normale. »

Yves Laflamme a accepté de revenir sur la situation du Québec dans le cadre de cet entretien téléphonique. Il y a, en ce moment, des projets en chantier qui risquent d’avoir un impact sur le prix des copeaux, qui constituent la matière principale pour la production de pâte kraft, à raison de deux tonnes de copeaux pour une tonne de pâte.

Chantiers Chibougamau va relancer le plan de pâte kraft de l’usine Domtar de Lebel-sur-Quévillon, l’entreprise Barrette-Chapais procède à la construction d’une usine de granule, et des promoteurs veulent lancer un projet de laine de bois. Ces trois projets vont engloutir tout près d’un million de tonnes métriques de copeaux par année.

Le patron de Résolu n’empêchera jamais un promoteur d’investir dans un projet. Il espère cependant que le gouvernement n’interviendra pas pour provoquer un déséquilibre dans le secteur, et ainsi modifier les prix des copeaux de façon à rendre les opérations des usines existantes moins rentables.