Le directeur exécutif de Métaux BlackRock, David Dufour

Québec tranchera bientôt pour BlackRock

Québec donnera sa réponse « dans les prochaines semaines » à savoir si le projet d’usine de transformation du concentré de vanadium-titane-magnétite pourra aller de l’avant au terminal de Grande-Anse.

« Une décision sur ce projet est attendue dans les prochaines semaines », a répondu au Quotidien le relationniste Clément Falardeau, de la direction des communications du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

Il y a fort à parier que la réponse sera positive, car le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement avait émis une recommandation favorable à la fin du mois d’octobre, mais avec quelques bémols. La principale conclusion était que le projet est réalisable et qu’il permettrait de créer des centaines d’emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les dirigeants de BlackRock avaient ensuite estimé avoir répondu aux interrogations soulevées, notamment en disant avoir trouvé des clients chinois pour les scories de titane, un sous-produit de la transformation.

De plus, le gouvernement du Québec avait octroyé en août dernier une aide totale de 248 M $, dont une somme de 63 M $ à Port de Saguenay, pour mettre en place les infrastructures nécessaires pour accueillir l’usine de transformation. Puis, au début décembre, Investissement Québec avait annoncé 30 M $ pour pouvoir approvisionner l’usine en eau potable et de procédé.

Dans l’édition de jeudi du Quotidien, on apprenait que la Commission de protection du territoire agricole du Québec donnait le feu vert à Hydro-Québec pour construire une ligne électrique de 161 kV. Hydro-Québec attendait également une réponse du MELCC.

Interrogé mercredi, le directeur exécutif de Métaux BlackRock, David Dufour, disait qu’une réponse positive finale allait déclencher « des mécanismes de financement », ainsi que la recherche de dizaines de permis.