Le président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec, Daniel Gobeil.
Le président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec, Daniel Gobeil.

Québec met fin à l’aide financière pour la pollinisation de bleuets sauvages

Le président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec, Daniel Gobeil, a reçu la confirmation à l’effet que le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) ne renouvellera pas cette année l’aide financière accordée à la pollinisation de bleuets sauvages. Une bien mauvaise nouvelle selon lui.

« C’est une grande déception. La première fois qu’on avait obtenu ça, c’était à la dernière année de pouvoir de M. Couillard. (...) On avait droit à 2000 $ maximum si on achetait ou louait pour 5000 $ de pollinisateurs, donc 40 %. La première année, il y avait eu pour environ 325 000 $ d’accordés par le MAPAQ », a expliqué le président du syndicat.

Daniel Gobeil affirme que cette coupure fera mal à plusieurs producteurs, surtout les plus petits. Il souligne au passage que les apiculteurs seront eux aussi touchés par ce manque à gagner.

« Pour les petits producteurs qui prenaient par exemple 40 ruches, c’était donc 50 $ par ruche. Le coût de location est entre 130 $ et 150 $, donc le tiers du prix. Cet argent-là, on la redonnait à ceux qui nous louent les pollinisateurs et on sait que le secteur de l’apiculture a eu des difficultés ces dernières années. Il y en a qui avait perdu près de 80 % de leur colonie. »

Avec les différentes mesures d’aides financières mises de l’avant par les deux paliers de gouvernement, il s’explique mal que Québec ait décidé d’abolir cette contribution, surtout que le prix de la livre du bleuet est encore bas, comparativement à d’autres années.

« C’est décevant pour les producteurs, car on n’est pas revenu à l’époque où l’on recevait 1,30$ la livre. L’année passée, je crois qu’on a fini autour 0,58 $ la livre alors que le coût de production est évalué à 0,49 $ la livre par le Centre d’études sur les coûts de production en agriculture (CECPA). »