Éric Desbiens president de ConformIT; Claudia Fortin, directrice du Services aux entreprises chez Promotion Saguenay; Marie-Claire Blackburn, conseillère en attraction de talents de Promotion Saguenay; Claudia Fortin directrice service aux entreprises Promotion Saguenay ainsi que Patrick Bérubé, directeur, ont annoncé l’organisation de quatre missions de recrutement à Paris et Tunis pour l’exercice 2020.

Promotion Saguenay à l'international: quatre missions de recrutement

Fort de l’expérience acquise en 2019, l’organisme de développement économique Promotion Saguenay prépare, pour l’année 2020, l’organisation de quatre missions de recrutement de main-d’oeuvre à l’international en France et en Tunisie, deux bassins francophones.

En entrevue, pour laquelle il était accompagné de Claudia Fortin, directrice aux services aux entreprises, ainsi que de Marie-Claire Blackburn, conseillère en attraction de talents, tout juste embauchée il y a un mois, le directeur général de Promotion Saguenay, Patrick Bérubé, explique que la pénurie de main-d’oeuvre touche durement la région avec pas moins de 27 métiers ou professions en rareté.

Cette pénurie touche autant les gérants de restaurant que les secrétaires de direction, en passant par les ingénieurs mécaniciens, les programmeurs en médias interactifs, les psychologues, les soudeurs et bien d’autres.

« Depuis plus d’un an, on a regardé les actions possibles pour essayer de régler la problématique. On a débuté avec une première mission Journée Québec à Paris, en décembre 2018, pour voir s’il y avait des candidats potentiels. Deux autres missions tenues à Paris et à Tunis ont déjà porté leurs fruits », affirme M. Bérubé.

Les trois missions ont permis d’attirer au Saguenay 40 personnes, soit 20 travailleurs et autant de membres de leur famille.

Éric Desbiens, président de ConformiT, Claudia Fortin, directrice service aux entreprises, Marie-Claire Blackburn,  conseillère en attraction de talents, toutes deux de Promotion Saguenay, ainsi que Patrick Bérubé, directeur général de l’organisme,  ont annoncé l’organisation de quatre missions de recrutement à Paris et à Tunis.

Dans le cadre de ces missions subventionnées par le gouvernement du Québec, 122 représentants d’entreprises de partout au Québec se sont déplacés à Paris et à Tunis. Un total de 13 320 candidats potentiels se sont inscrits pour tenter de combler 2211 postes à offrir.

Mme Fortin affirme que le rôle de Promotion Saguenay est d’accompagner les entreprises de façon serrée dans leurs démarches à partir du moment où elles s’inscrivent jusqu’à leur participation à la mission à l’étranger. « Notre rôle est aussi de faire connaître le Saguenay aux travailleurs. On va là pour parler de la région. On ne veut pas faire embaucher quelqu’un qui croit venir s’établir dans une grande ville comme Montréal. On leur fait découvrir qu’on a une belle ville entourée de grands espaces, ce qui plaît aux Français. J’ai été surprise de découvrir que beaucoup de Français ont une grande envie de venir au Québec », déclare Mme Fortin.

S’établir

Cette dernière ajoute que l’objectif n’est pas de vendre du rêve aux candidats. Les entrepreneurs recherchent des candidats intéressés à s’établir définitivement au Québec avec leur famille, et non pour une durée limitée. On demande aux entrepreneurs ce qu’ils cherchent, mais aussi on doit s’assurer que l’entreprise ne connaît pas de problèmes en gestion des ressources humaines ou autres.

Dans le cadre de ces missions, les entrepreneurs sont invités à réaliser des entrevues serrées où tout sujet est susceptible d’être abordé. Problèmes de santé, antécédents judiciaires, relations familiales, état civil, diplomation et équivalences, pratiques et valeurs religieuses, conditions climatiques au Canada ; tout peut être discuté lors de ces entretiens. L’objectif est que le processus soit un succès. « Un Tunisien qui croit que l’hiver au Canada et dans la région, c’est -2 degrés Celsius, on l’informe de la situation », mentionne Mme Fortin.

La prochaine mission de recrutement organisée avec Drummondville aura lieu à Tunis, du 10 au 16 mars. Promotion Saguenay projette d’accompagner entre quatre et six entreprises de la région. Deux journées seront consacrées à des entrevues avec des candidats tunisiens, soit les 13 et 14 mars, tandis que le 15 mars est consacré à des tests pratiques avec le candidat.

Les entreprises participantes ont l’occasion de toucher une subvention maximale de 5000 $ provenant du gouvernement du Québec, qui constitue un partenaire financier important dans l’organisation de ces missions.

+

CONFORMIT: LA DIVERSITÉ DES CULTURES DANS L'ADN

 Le recrutement de travailleurs immigrants n’a plus de secrets pour Conformit et son président, Éric Desbiens, puisque l’entreprise chicoutimienne oeuvrant dans le développement de logiciels spécialisés en gestion et prévention des accidents du travail compte 42 % de main-d’oeuvre née à l’extérieur du pays.

M. Desbiens affirme que pour son entreprise faisant affaire dans une vingtaine de pays à travers le monde, la diversité des cultures fait partie de l’ADN de Conformit. « La diversité fait partie de mon plan d’affaires. Un bon mélange hommes femmes et diverses cultures apportent une valeur certaine à l’entreprise. Il faut être ouverts aux autres cultures. »

Depuis la création de Conformit en 1986, il n’y avait pas vraiment eu de problèmes de recrutement jusqu’à ce que survienne, il y a trois ans, une pénurie attribuable au fait que le nombre de diplômés en génie en informatique des facultés est en baisse.

Le président affirme que l’un des secrets pour retenir la main-d’oeuvre étrangère en emploi ne consiste pas uniquement à intégrer les employés en milieu de travail. Il faut aussi voir à leur enracinement dans leur nouveau milieu. « Il faut aller les chercher à l’aéroport, les aider à obtenir leur carte de la Régie de l’assurance-maladie, leur faire visiter la ville, leur montrer comment ça fonctionne dans les épiceries, les banques, voir à l’achat de vêtement d’hiver. »

Pour ce qui est de l’enracinement social, M. Desbiens recommande d’aider à la création d’un nouveau réseau social en organisant des activités 5 à 7, partys et repas de découvertes culturelles, où les recettes du pays d’origine sont mises en valeur. Les activités sportives qui permettent de développer des liens d’amitié afin d’éviter que les familles ne soient laissées constamment à elles-mêmes sont également de mise.

Mme Blackburn cite en exemple une connaissance qui travaille chez Hydro-Québec et dont le fils joue au hockey. Une collègue immigrante qui entendait régulièrement parler du fils amateur de hockey a demandé de l’accompagner à l’aréna, une façon simple d’échanger avec d’autres gens. « J’ai un gars de Madagascar qui ne connaissait absolument rien au hockey et qui a commencé à aller voir les Saguenéens et à s’intéresser au hockey », renchérit M. Desbiens.

Selon lui, la main-d’oeuvre immigrante est extrêmement reconnaissante, fidèle et engagée envers l’entreprise qui l’embauche. « Nos immigrants m’apportent beaucoup en termes d’idées et de challenges », conclut M. Desbiens.

Éric Desbiens, président et CEO ConformIT, affirme que la présence de main-d’oeuvre étrangère dans un entreprise ajoute de la valeur au sein de l’organisation.