Isabelle Gagnon, directrice générale du CJE Saguenay, Alexandre Côté, enseignant en insertion professionnelle au CFEM, Maud Wallerich, conseillère en éducation financière, et Patrice Vachon, porte-parole des caisses Desjardins du Saguenay, ont tracé le bilan provisoire du programme d’éducation financière «Mes finances, mes choix ».

Programme «Mes finances, mes choix»: 1200 étudiants des CFP formés

Deux ans après son lancement, le programme d’éducation financière « Mes finances, mes choix », géré par le Carrefour Jeunesse-Emploi Saguenay (CJE), a dépassé ses objectifs avec la participation de 1342 étudiants des centres de formation professionnelle de Saguenay. L’objectif de départ était d’atteindre 500 étudiants par année.

Le bilan provisoire du programme s’adressant aux jeunes adultes de 16 à 35 ans a été divulgué par la directrice du CJE, Isabelle Gagnon, accompagnée d’Alexandre Côté, enseignant en insertion professionnelle du CFEM, et Maud Wallerich, conseillère en éducation financière.

Rappelons que c’est un programme triennal mis sur pied avec la participation financière des sept caisses Desjardins du Saguenay qui vise à permettre aux jeunes d’en apprendre davantage sur la gestion de leurs finances personnelles. Le programme flexible comprend 16 modules qui peuvent être dispensés selon les disponibilités des enseignants et des groupes inscrits en formation professionnelle. La confection d’un budget, les pièges du crédit à la consommation, le surendettement et l’alimentation figurent parmi les sujets parmi les plus populaires.

Après chaque module suivi sur un sujet donné, les étudiants disposent d’une boîte à outils, un document de références qui permet à chaque participant d’approfondir davantage ses connaissances avec des conseils appropriés et des liens Internet.

Selon M. Côté, les étudiants qui entrent en formation professionnelle ou en formation générale aux adultes sont souvent sur le point d’entrer sur le marché du travail ou dans certains cas sont déjà chefs de famille, locataires et, de ce fait, déjà entrés dans le giron économique. « Avec ce programme, on tente d’éliminer les embûches liées aux finances personnelles qui peuvent s’ajouter aux difficultés d’apprentissage qui pourraient les faire décrocher de leurs études », explique M. Côté.

Mme Wallerich explique qu’à l’approche de l’entrée sur le marché du travail, il peut être tentant, par exemple, pour un futur mécanicien, de se lancer dans de grandes dépenses comme l’achat d’outils, de véhicules usagers, de motoneiges, etc. « Notre objectif est de semer la graine des finances personnelles. Plusieurs ignorent ce qu’est le bureau de crédit, les conséquences de payer en retard son compte de téléphone cellulaire, les taux d’intérêt qui s’appliquent sur leurs cartes de crédit. Souvent, ils sont pris dans un piège », explique-t-elle.

La participation massive à la formation des étudiants depuis deux ans a fait dire à Patrice Vachon, porte-parole du Regroupement des caisses Desjardins, qu’il y a fort à parier que « Mes finances, mes projets » pourrait être reconduit. L’entente actuelle avec le CJE prend fin en mai 2019. Desjardins contribue annuellement à hauteur de 50 000 $ pour défrayer le salaire de la conseillère en éducation financière et ses frais de déplacement.