La forêt d’aulnes, telle qu’on la voit avant le dégagement

Pour produire plus de bois en l’an 2050

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est la première région du Québec à avoir mis sur pied une Stratégie régionale de production de bois qui vise à augmenter la possibilité forestière de 50 % d’ici 2050. Le modèle a d’ailleurs inspiré le Forestier en chef qui a repris certaines idées dans un avis visant à augmenter la possibilité forestière à 50 millions de mètres cubes au Québec.

La vaste majorité de la forêt y est exploitée de manière extensive, ce qui veut dire qu’après avoir récolté le bois, et dans la majorité des cas, on laisse la nature repousser par elle-même. À l’échelle de la province, on reboise environ 20 % des superficies forestières, notamment pour des espèces qui repoussent difficilement par elles-mêmes, comme le pin gris.

Dans certains secteurs, le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) investit davantage d’argent et d’énergie pour rendre la forêt plus productive, comme le font les propriétaires de boisés privés. Au lieu de laisser la nature faire le travail par elle-même, le MFFP décide parfois de reboiser certaines zones pour assurer une forte densité d’arbres, de débroussailler la végétation pour permettre aux essences de valeur de croître davantage, ou encore de récolter certains arbres après une trentaine d’années pour laisser plus de place aux autres tiges. Ce type d’aménagement, que l’on appelle intensif, permet de produire plus de bois et de générer davantage de retombées économiques.

« Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on retrouve déjà 10 % de forêts aménagées intensivement sur le territoire, soit près de 8000 km2, et les travaux d’aménagement futurs couvriront 280 km2 supplémentaires chaque année », remarque Catherine Thibeault, conseillère en communication à la direction générale du secteur nord-est pour le MFFP. Dans la région, la superficie forestière couvre 75 000 km2 et la Stratégie de production de bois souhaite doubler la superficie aménagée intensivement pour atteindre 15 000 km2.

Pour créer davantage de valeur avec la forêt, le Saguenay–Lac-Saint-Jean est la première région à avoir adopté une stratégie régionale de production de bois, en 2018. « Cette stratégie de production de bois poursuit un but économique, souligne Catherine Thibeault. Elle vise à augmenter le rendement en volume et la qualité du bois afin de créer de la richesse durable pour la société ».

Le ministère ne compte pas investir des sommes n’importe comment sur le territoire, car ces investissements doivent être rentables. Ainsi, le MFFP cible les sites au plus fort potentiel, en évaluant notamment la qualité des sols et la végétation en place, note Catherine Thibeault, en soulignant que la régénération naturelle est tout de même favorisée. « Lorsque la régénération naturelle est insuffisante ou inadéquate, des travaux sont réalisés de façon à s’assurer que chaque mètre carré de terrain puisse produire le maximum de matière ligneuse possible compte tenu de l’écologie des sites, des capacités opérationnelles et des différents usages de la forêt », peut-on lire dans la Stratégie de production de bois de la direction de la gestion des forêts du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La stratégie régionale a d’ailleurs retenu l’attention du Forestier en chef qui a repris certaines idées dans son avis, Prévisibilité, stabilité et augmentation des possibilités forestières, diffusé en décembre 2017, qui présente la nécessité d’atteindre une plus grande stabilité et une meilleure prévisibilité en matière d’approvisionnement forestier.

Ce désir d’augmenter la production de bois existe depuis plusieurs années au sein de l’industrie forestière, car la possibilité forestière a diminué de 22 % entre 2000 et 2018.

La forêt après le dégagement

+

LES ÉTAPES SOMMAIRES DANS UNE FORÊT AMÉNAGÉE INTENSIVEMENT APRÈS LA RÉCOLTE DE BOIS

À l’an 0 après récolte 

• Concentration du reboisement dans les meilleurs sites

• Augmentation de la préparation de terrain par monticule où le plant sera mis en terre

• Utilisation de semences plus performantes issues de vergers à graines 

• Priorisation du plein boisement (haute densité) par rapport au regarni (faible densité) ;

De l’an 1 à l’an 20 : (1 à 2 interventions) 

• Meilleur entretien et suivi des plantations, en priorité, ainsi que de la régénération naturelle (davantage d’éclaircies, dégagement, nettoiement au besoin)

À l’an 30 ou plus (1 intervention) 

• Augmentation des éclaircies commerciales sur les plantations propices (environ le tiers des superficies aménagées intensivement). 

En résumé, le ministère effectuera des interventions plus efficaces au départ sur des meilleurs sites et en réalisant un meilleur suivi de ses plantations. 

+

L'AMÉNAGEMENT FORESTIER AU SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN

2014

14 % conservation directe et indirecte

7 % aménagement intensif

79 % aménagement extensif (régénération naturelle)

2050

20 % conservation

20 % aménagement intensif

60 % aménagement extensif (régénération naturelle)

Depuis 1980, 1,3 milliard d’arbres ont été plantés au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

+

ÉVOLUTION DES POSSIBILITÉS FORESTIÈRES EN FORÊT PUBLIQUE AVEC LA STRATÉGIE DE PRODUCTION DE BOIS

Au Québec 

2018 : 34 millions de m³ 

2043 : 43 millions m³ 

2063 : 50 millions m³ 

Dans la région

2000 : 9 466 500 de m³ 

2018 : 7 216 700 de m³ 

2050 : 10 000 000 de m³ 

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la capacité de transformation s’élève à 12 millions de mètres-cubes, mais les usines peuvent aussi compter sur le bois disponible en forêt privée. 

La forêt 10 ans plus tard

+

QUELQUES TERMES

Aire protégée: aucune intervention forestière

Sylviculture extensive: la forêt repousse grâce à la régénération naturelle après une coupe. 

Sylviculture de base: travaux pour gérer la composition de ce qui repousse

Sylviculture intensive: Plantation pour implanter une densité d’arbre un peu plus forte. Gestion de l’espacement entre les tiges en faisant des éclaircies. 

Aire d’aménagement: Utilisation de plants améliorés. Réalisation de travaux pour augmenter productivité des sites, comme le drainage, et pour améliorer la qualité des tiges avec élagage.