Michaël Choquette ouvre Médican à Alma. L’entreprise sera soutenue par ABCannabis et son président, Alain Sarrieu.

Point de service pour le cannabis médical

Un point de service pour les gens désirant obtenir une prescription de marijuana médicale ouvre ses portes à Alma. Propriétaire du commerce Distinction Vape, Michaël Choquette lance Médican.

La nouvelle entreprise ne vend pas de cannabis aux patients, du moins pour le moment. Elle guide plutôt les gens souffrants pour devenir des utilisateurs légaux de marijuana.

Médican est soutenue par l’entreprise montréalaise ABCannabis. Le service est gratuit pour les patients. Ce sont les producteurs canadiens de cannabis qui subventionnent ces entreprises qui, selon les dires des propriétaires, n’ont pas de contrat d’exclusivité avec un fournisseur. 

ABCannabis offre à Médican des spécialistes qui évalueront les patients jeannois. Ces derniers auront droit à une consultation via Telemedicine avec un praticien de la santé qui croit, évidemment, aux bénéfices de l’utilisation de la marijuana.

Pour avoir droit à ce service, les gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean devaient se rendre à l’extérieur de la région, car une première rencontre en personne est imposée dans le processus menant à l’obtention de cette prescription. 

« J’avais de plus en plus de confidences de clients à mon commerce me disant consommer du cannabis dans un but médical, mais sans avoir de prescription. Des gens de plus de 40, 50 ans, pour qui les médicaments avaient trop d’effets négatifs sur leur santé. J’ai eu envie de les aider à devenir légaux, car ce n’est pas normal qu’une dame de 60 ans cherche du cannabis dans les rues d’Alma. À mon commerce de vapoteuses, j’aide les gens à arrêter la cigarette. Dans Médican, je vais aider les gens à trouver des alternatives aux médicaments », résume M. Choquette.

Le bureau de Médican est situé dans un local discret, derrière son commerce Distinction Vape. D’ailleurs, les gens ne peuvent s’y rendre que sur rendez-vous, pour éviter que les patients se croisent.

Après avoir obtenu leur prescription, les patients peuvent ensuite se procurer le cannabis dans des endroits légaux, notamment en ligne. 

Si tout se déroule comme prévu, M. Choquette compte ouvrir un deuxième point de service à Chicoutimi.

Santé

La marijuana médicale serait efficace chez plusieurs patients, dont ceux souffrant notamment de trouble du déficit d’attention, de dépression, de cancer, d’épilepsie, d’arthrite. 

Un diagnostic récent n’est cependant pas suffisant pour obtenir le droit de consommer légalement, précise Alain Sarrieu, président d’ABCannabis. 

« Il n’y a pas de zone grise. La personne doit avoir des antécédents médicaux. Ça doit faire un an qu’elle prend des médicaments. Il y a un protocole très rigoureux qui doit être suivi », insiste-t-il.

Le respect des règles émises par Santé Canada est d’ailleurs la « priorité » d’ABCannabis. Une condamnation liée à la drogue, il y a plus de 10 ans, a donné une sérieuse leçon à M. Sarrieu. 

« J’ai eu une “bad luck” dans le passé, je n’en aurai pas deux. J’ai appris par moi-même avec les lois. C’est pour ça qu’on tient à un processus rigoureux », indique-t-il.

Ce dernier a été arrêté avec une trentaine d’autres personnes, en 2007. Les gens étaient alors accusés de diverses infractions criminelles, dont importation, trafic, production et complot en matière de drogue.

Médical c. récréatif

Même si la légalisation du cannabis est imminente au pays, les entreprises d’accompagnement pour la marijuana médicale demeurent pertinentes. 

« Il y a toujours deux catégories, soit médicale et récréative. Il y a une différence dans le type de marijuana, dans sa consommation et surtout dans les lois. D’ailleurs, les assureurs sont de plus en enclins à rembourser les prescriptions médicales. Ce sera donc toujours plus avantageux pour les patients de passer par ce processus », mentionne M. Sarrieu. 

Le cannabis médical se présente sous plusieurs formes et n’est pas le même qu’on retrouve dans le milieu criminel. D’ailleurs, une des extractions du cannabis les plus populaires chez les patients, le CBD, n’offre aucun effet euphorique ou planant. Les gens consomment cette substance sous forme d’huile.