André Boily
André Boily

Plus de 5 M$ d’aide aux cinq SADC de la région

Les petites entreprises, coopératives et organismes sans but lucratif ayant passé sous le radar des programmes d’aide annoncés par le fédéral disposent maintenant d’une bouée de sauvetage pour renflouer leur fonds de roulement puisque Développement économique Canada (DEC) distribue 5,2 M$ aux cinq Sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC).

Chacune d’entre elles disposera d’un peu plus de 1 M$ afin d’accorder des prêts de 40 000 $, dont une partie est non remboursable selon certaines modalités, explique André Boily, directeur de la SADC du Haut-Saguenay qui, avec sa collègue de la SADC du Fjord, Christine Bouchard, aura plusieurs dossiers à traiter.

En entrevue, M. Boily a précisé que les entreprises admissibles n’auront ni capital ni intérêt à rembourser jusqu’au 31 décembre 2022. Celles qui rembourseront avant cette échéance bénéficieront d’une radiation de dette de 10 000 $. « Le 31 décembre 2022, on va se rasseoir avec les entreprises qui n’ont pu rembourser pour établir un calendrier de remboursement afin de continuer à les aider. »

Il reconnaît que la mesure s’apparente à celle annoncée par le fédéral sous forme de marge de crédit offerte par les banques jusqu’à concurrence de 40 000 $.

L’aide apportée s’adresse aux PME qui, selon l’analyse de dossier, ont toutes les chances de passer à travers la crise économique. « On réalise une analyse de dossier. On procède à la signature d’une convention de prêt et on procède au dépôt direct, tout ça par télétravail. On ne dénature pas la forme d’aide déjà offerte par les SADC », ajoute M. Boily.

Le programme en vigueur depuis la semaine dernière a permis à la SADC du Haut-Saguenay d’aider six entreprises tandis que 16 autres dossiers sont en analyse.

Le directeur ajoute que 25 dossiers font l’objet de discussions. Des entreprises oeuvrant en tourisme, jeux gonflables, des fermes, déneigeurs, dépanneurs figurent parmi les demandeurs potentiels. « Ces entreprises sont en demande parce que tout le monde annule. Les entreprises touristiques touchent 5 à 10 % des revenus habituels. »

Christine Bouchard précise qu’à la SADC du Fjord, des travailleurs autonomes, des microentreprises, entreprises touristiques figurent nombreux parmi les demandeurs. « On couvre les secteurs qui, jusqu’à maintenant, n’étaient pas couverts. Il faut des perspectives et l’objectif est de stabiliser les finances des entreprises en attendant la reprise », affirme-t-elle.

Le 15 juillet prochain, le programme fera l’objet d’une révision afin que les sommes non utilisées par certaines des 67 SADC de la province puissent être redistribuées parmi celles qui font face à de plus grands besoins des entreprises sur leur territoire.

Outre les prêts offerts, les SADC offrent des contributions financières non remboursables pour des besoins d’aide technique. M. Boily a mentionné que des dépenses pour des consultants, l’adaptation aux mesures sanitaires, le développement de plans financiers ou l’adoption de technologies pour le commerce en ligne ou la rétention de personnel sont disponibles. L’aide s’applique également pour des initiatives de développement économique local comme des formations aux entreprises, la promotion d’achat local, des opérations de revitalisation de centres-villes et des campagnes publicitaires.