Yves Desgagnés, Louise Beaudin et leur fils Martin sont fiers de ce que le commerce est devenu au fil du temps.

Pièces d'Autos Ste-Geneviève: du sous-sol à 4 succursales

C’était en 1995. Louise Beaudin et son mari, Yves Desgagnés, alors sur le chômage, se lançaient en affaires. Dans le sous-sol de leur résidence du boulevard Sainte-Geneviève, à Chicoutimi-Nord, ils ouvraient une petite boutique de pièces automobiles. Naissait alors Pièces d’Autos Ste-Geneviève. Un peu plus de 20 ans plus tard, l’entreprise familiale gère quatre succursales et 45 employés. Et les propriétaires, qui viennent d’investir un million $ pour agrandir ses locaux de Chicoutimi-Nord, ont une relève assurée avec leur fils Martin.

Yves Desgagnés oeuvrait déjà dans le secteur de la vente des pièces automobiles lorsque lui et sa femme, Louise, ont eu l’idée d’ouvrir leur propre commerce, à même leur résidence. Avec leur petit garçon Martin, alors âgé de 3 ans, ils ont accueilli leurs premiers clients à même leur sous-sol. Leur but était de vendre des pièces à moindres coûts, comparativement à leurs concurrents, et surtout aux grandes bannières.  

«Ç’a été difficile. Les trois premières années, je travaillais sept jours sur sept. Mais j’aimais ça. Quand il n’y avait pas de clients, je regardais le baseball à la télévision», lance Yves Desgagnés, en riant. Les clients ont vite appris à connaître les propriétaires et cognaient directement à la porte de la maison lorsque le commerce était fermé. «Le 1er janvier, on est fermés. Mais certains venaient directement à la maison pour s’acheter une batterie, par exemple. C’est notre fils qui ouvrait la porte, car ça sonnait, même si c’était le jour de l’An. Il disait: ‘‘Voyons maman, il faut ouvrir, ça sonne!’’», se remémore Louise Beaudin. 

Le couple, qui était aidé par Yvon Labastille, un fidèle employé, qui est d’ailleurs toujours au poste, n’a jamais regretté les sacrifices obligés lorsqu’on se lance en affaires. 

«Ce qui nous a rapidement démarqué des autres, c’était justement notre accessibilité. Même aujourd’hui, bien que nous ne vivons plus à même le commerce, on demeure ouverts tous les jours et tous les soirs. C’est important pour nous d’être là en tout temps, ou presque. On est fermé six jours par année, soit durant les congés obligatoires», souligne M. Desgagnés. 

Au fil du temps, le couple de propriétaires a ouvert une succursale à Jonquière (2002), une troisième à Alma (2009) et une quatrième à La Baie (2013). L’entreprise embauche aujourd’hui 45 employés. 

Le défi du manque de main-d’oeuvre n’épargne pas le commerce familial. «C’est difficile partout. Nous avons une bonne équipe, et il est important d’offrir des avantages aux employés pour les garder. Ce n’est pas tout le monde qui veut travailler le soir et les fins de semaine. On s’adapte aux nouvelles réalités», affirme Louise Beaudin. 

Un étage de plus

Le commerce de Chicoutimi-Nord est actuellement en rénovation. En effet, les propriétaires ont investi une somme d’un million $ pour ajouter un étage, afin de loger les bureaux administratifs. 

Pièces d’Autos Ste-Geneviève propose des produits pour «tout ce qui roule», se plaît à dire Martin Desgagnés, allant des pièces mécaniques aux pneus, en passant par la peinture et les produits d’esthétique automobile.  

Yvon Labastille (à droite) est fidèle au poste depuis les touts débuts, en 1995. Il est ici accompagné par l’employé Maxim Villeneuve.

Une fierté familiale

Martin Desgagnés était tout petit lorsque ses parents ont ouvert Pièces d’Autos Ste-Geneviève. «J’ai grandi dans ce milieu, et, à 14 ans, j’ai su que je voulais prendre la relève», souligne le jeune papa de 26 ans. Son premier gros projet est de lancer une boutique en ligne, ce qui se fera prochainement. 

Yves Desgagnés et Louise Beaudin sont évidemment très fiers d’avoir une relève de la famille. «Quand on lance une entreprise et que ça reste dans la famille, c’est toujours agréable. On est une grosse barque et on sera là pour lui, même lorsqu’il aura repris le flambeau», soulignent les parents.  

«Mes parents ne m’ont jamais mis de pression. Ils m’ont toujours dit de faire ce qui me rendrait heureux. Mais j’ai rapidement su que je voulais reprendre le commerce», ajoute Martin Desgagnés, qui apporte de nouvelles idées au sein de l’entreprise familiale. D’ailleurs, il travaille activement sur le lancement d’une boutique en ligne, qui devrait être accessible d’ici quelques semaines.

«Je ne me suis pas fixé de date, car je veux que tout soit parfait. Le commerce en ligne, c’est comme ouvrir une nouvelle succursale, ça demande beaucoup de travail. Et aujourd’hui, être présent sur Internet est primordial», souligne le jeune homme. 

«C’est important de travailler avec les jeunes et d’évoluer avec leurs idées. Il faut avancer, et c’est ce qu’on fait grâce à la nouvelle génération», note Louise Beaudin. 

 C’est dans le sous-sol de cette maison que Pièces d’Autos Ste-Geneviève a accueilli ses premiers clients, en 1995.