PFR interpelle les maires

Produits forestiers Résolu (PFR) invite les grandes villes du Saguenay-Lac-Saint-Jean à joindre leur voix dans la bataille que mène actuellement l’industrie forestière face aux différents marchés mondiaux, dont celui des États-Unis.

Le porte-parole de PFR, Karl Blackburn, a créé un premier contact avec quatre nouveaux élus à la mairie, mercredi. Il a rencontré la mairesse de Saguenay, Josée Néron, le maire de Roberval, Sabin Côté, celui de Saint-Félicien, Luc Gibbons, et celui de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier. Ils en sont tous à un premier mandat à titre de maires.

« C’était important d’établir un premier contact rapidement », a déclaré Karl Blackburn au bout du fil, quelques minutes après sa rencontre avec Pascal Cloutier, nouveau maire de Dolbeau-Mistassini. Employé de PFR à la papetière de Dolbeau, ce dernier a d’ailleurs pris un congé sans solde de quatre ans pour se consacrer à ses nouvelles responsabilités.

« On veut être transparents et avoir un dialogue régulier et constant avec les élus du nord où nous avons des opérations, a poursuivi M. Blackburn. On pense que c’est important de le faire et on fonctionne de cette façon depuis quelques années. On parle de notre entreprise, de nos forces, de nos faiblesses et de nos enjeux, mais également des défis auxquels on fait face. On est convaincus que si on est tous informés correctement, meilleures sont les chances de faire face aux enjeux tous ensemble. »

Et ces enjeux sont nombreux pour l’industrie forestière. La montée du protectionnisme américain, la surtaxe du papier surcalandré qui affecte particulièrement les usines de Kénogami et Dolbeau-Mistassini, les taxes imposées par les Américains pour les exportations du bois d’œuvre, entre autres, font partie des éléments préoccupants. Le plan de rétablissement du caribou forestier et l’accès à la fibre sont aussi au nombre des défis.

Karl Blackburn

Une voix plus forte

Bref, les enjeux sont présents et nombreux pour PFR. La compagnie forestière souhaite maintenant que les municipalités susceptibles d’être affectées par ces perturbations soient parfaitement au fait de la réalité. Karl Blackburn est clair ; la bataille entre l’industrie forestière et les États-Unis s’annonce longue et difficile. Un soutien d’une majorité d’intervenants est donc primordial.

« Les municipalités peuvent s’impliquer en apportant leur voix au débat actuel, a signalé le porte-parole de PFR. Si les gens se taisent et ne s’impliquent pas par rapport à un enjeu, ça risque malheureusement de causer des problématiques importantes. La bataille qu’on mène quotidiennement comme entreprise, c’est aussi une bataille quotidienne pour nos travailleurs. On pense qu’elle peut également être menée par nos élus. »

Pour l’instant, il n’est pas encore question de fermetures d’usines, a assuré Karl Blackburn.

« On a même redémarré la machine numéro 9 de l’usine d’Alma, produisant 30 nouveaux emplois, a-t-il rappelé. On caresse différents projets d’investissements qui cheminent, mais en même temps, on est dans un environnement très compétitif. »