Pas facile, le travail d’entrepreneur en déneigement

En cet automne où la neige est apparue au Saguenay prématurément, au moins quinze jours à l’avance par rapport à l’an dernier, le travail d’entrepreneur en déneigement révèle ses difficultés.

Le chef de la Division à la voirie de Saguenay et responsable des opérations au déneigement, Jean-François Martin, a été à même de le constater, vendredi, alors qu’il avait convoqué une assemblée avec les entrepreneurs de la Ville pour rafraîchir les mémoires concernant la mise en application du règlement sur le déneigement adopté en 2015 par Saguenay. Il était accompagné de Me Marie-Ève Boivin et du constable Dominic Néron de la Sécurité publique de Saguenay.

Neige hâtive

Avant l’assemblée, M. Martin a mentionné que l’arrivée hâtive de la neige sur le territoire, à défaut d’avoir pu expédier une lettre comme cela se produisait chaque saison, a incité la Ville à convoquer les entrepreneurs en déneigement privé. 

Les questions du déblaiement et de la disposition de la neige sur les terrains privés, l’installation de poteaux et repères, l’application du règlement ont été abordées, mais très rapidement, l’assemblée s’est transformée en séance où les entrepreneurs ont présenté leurs doléances individuelles.

Les difficultés de communication entre les entrepreneurs en déneigement et les responsables de la ville, le mauvais entretien des rues, entre autres à Jonquière, la nécessité de mieux informer les citoyens sur la règlementation existante, le travail au noir effectué par certains entrepreneurs illégaux, le déneigement des boîtes postales, abribus et bornes-fontaines dans tous les recoins de la ville, l’urbanisme inadéquat qui empêche les entrepreneurs d’accumuler la neige sur les terrains privés ont tous fait l’objet de plaintes.

Les entrepreneurs présents ont démontré beaucoup d’intérêt pour les informations présentées par les représentants de Saguenay.

Les entrepreneurs présents ont fait ressortir qu’il y aurait nécessité de former un comité de travail composé de représentants des entrepreneurs en déneigement et de la Ville dont le mandat serait d’assurer un lien avec les autorités municipales.

Coûts à la hausse  

En entrevue individuelle, Frank Savard, de la firme Déneigement Vallée, prédit que les propriétaires de résidences qui font appel aux déneigeurs privés devront faire face bientôt à des hausses importantes de prix, entre autres, en raison des difficultés à recruter des opérateurs de machinerie disponibles entre 300 et 350 heures par hiver.

Lors de tempêtes importantes, il affirme qu’il arrive que des opérateurs soient au travail pendant une vingtaine d’heures d’affilée, les obligeant même à dormir sur leur siège afin de bénéficier d’un peu de repos.

M. Savard ajoute que les entrepreneurs n’ont pas du tout le contrôle sur le moment où la neige tombe de sorte que la main-d’oeuvre doit être prête à entrer en action à toute heure du jour, et ce, peu importe que ce soit la semaine ou la fin de semaine, jour férié ou non. 

«On doit surveiller constamment la météo qui n’est pas toujours exacte. Il est difficile de dire à un opérateur d’aller enlever la neige qui n’est pas encore tombée ».

Devant cette situation, les entrepreneurs font face à des coûts de main-d’oeuvre en raison de la pénurie. « Avant, tu pouvais embaucher un opérateur au salaire minimum. Aujourd’hui, t’as pas le choix de payer tes gars 16 à 20 $ de l’heure. »

Selon lui, même des organismes publics comme les villes ont de la difficulté à obtenir les services d’entrepreneurs lors des processus d’appels d’offres.